Vendredi dernier, les administrations impliquées dans le suivi du projet ont jugé satisfaisant l’état d’avancement des travaux.

 

cameroon

Deux rangées comprenant chacune une cinquantaine de plaques solairesprêtes à être connectées au réseau local d’énergie électrique. Le tout pour une puissance installée de 36 kilowatts (KW) en moyenne tension, extensibles à 800 KW. Voilà ce qu’a découvert la délégation conduite par Richard Balla, directeur des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie au ministère de l’Eau et de l’Energie, et composée des différentes administrations impliquées dans le suivi du projet centrales photovoltaïques Cameroun 2020 mené par le groupes Fides gestion. Vendredi dernier en effet, une équipe est allée sur le terrain pour se faire une idée de l’état d’avancement de ce projet. Surtout que l’unité de Meyomessala est considérée comme la vitrine du projet. Un projet qui à terme, ambitionne de fournir l’électricité à 250 localités, soit  500 Mégawatts d’énergie solaire.

Sur le terrain donc, si d’une manière générale l’équipe a dit sa satisfaction sur les avancées notées, des recommandations ont été formulées au terme d’une séance de travail, pour que la centrale ait un meilleur rendement, une fois qu’elle sera raccordée au réseau Aes-Sonel. Parmi celles-ci, l’urgence de construire un local pour sécuriser les équipements d’accumulation, de dispatching et de comptage de l’énergie qui pour le moment sont installés sous les modules de captage. Les membres de l’équipe d’inspection ont aussi recommandé la réalisation d’un audit environnemental, bien que l’environnement autour de la centrale a déjà été modifié, et la création d’une activité qui permettra de maintenir le site propre. Et à ce sujet, Jean Youtou Bothe, coordonnateur général du projet, a assuré qu’en ce moment, des négociations sont en cours pour recruter un Gic composé de « mamans du coin pour assurer le nettoyage du site de la centrale qui s’étend sur un hectare. Elles pourront par exemple y élever des herbivores qui empêcheront l’herbe de pousser, contre rémunération ». 

Pour l’heure, la production annoncée de la centrale permettra de couvrir largement les besoins de la ville qui sont évalués à 33 KW par jour. Et selon le promoteur, la centrale devrait être offerte à la commune de Meyomessala, une fois qu’elle sera terminée. Seul hic, il n’y a pas d’accumulateur pour stocker l’énergie accumulée en journée et la redistribuer dans la nuit, période pendant laquelle la demande est plus forte. Des choses qu’il faut revoir pour une meilleure rentabilité de la centrale, mais aussi dans la mise en œuvre des autres, notamment les centrales photovoltaïques de Sangmelima et de Ma, déjà en cours de réalisation.

 

Source : Cameroun Tribune