Le nouvel abattoir d’Ebolowa a une capacité de 15 bœufs par jour
La coupure du ruban symbolique, lors de l’inauguration de l’abattoir d’Ebolowa a donné un ouf de soulagement pour les nombreux bouchers et consommateurs de la viande de boeuf.


La ville d’Ebolowa ne disposait pas de lieu d’abattage de bœufs. Ce qui faisait office d’abattoir baignait dans l’insalubrité totale, lieu de refuge des malfrats. Depuis 2003, la communauté urbaine à régime spécial avait initié ce projet d’abattoir qui est resté inachevé. Beaucoup d’eau a coulé sous le pont, le conflit de compétence s’était même installé sans rien de concret. Ce qui semait bien le doute sur la qualité de la viande vendue sur les marchés d’Ebolowa.


La commune d’arrondissement d’Ebolowa II a investi 10 millions de Fcfa pour rénover totalement cet ouvrage. Ouvrage dont la capacité est de 15 bœufs par jour, avec un sol bétonné, des murs entièrement carrelés. Un treuil manuel permet de soulever l’animal abattu pour son habillage, le bâtiment est connecté au réseau de la Camerounaise des eaux, avec une citerne de réserve d’ une capacité de 6000 litres, don du minepia.

Ibrahim Ngambo, chef des bouchers, témoigne sa satisfaction et celle des autres bouchers qui travaillaient dans des conditions peu hygiéniques. « Les bœufs étaient abattus à même le sol, sans canalisation des eaux résiduelles. D’où la présence des mauvaises odeurs à cet endroit, exposants même les riverains à des maladies respiratoires. Enfin nous pourrons déjà respirer un air pur » dit-il.
Les populations, certaines de consommer dorénavant une viande de bœuf tué dans des conditions de propreté, ont salué la rétrocession de cet ouvrage aux bouchers.


Jacques Pierre Seh

 

http://www.lavoixdupaysan.org/lejournal/regions.php?subaction=showfull&id=1389278084&archive=&start_from=&ucat=12&