Les émissaires de la Caf en ont fait le constat au cours d’une visite des infrastructures jeudi.

« Il faut sécuriser le stade et gazonner la pelouse. Je pense que tout ira. » La phrase est à peine audible. Pourtant, c’est sur cette note positive sur le stade Omnisport abandonné de Tocket que le chef de mission de la délégation de la Caf a clôturé sa visite jeudi à Bafoussam.

Le Malien Amadou Diakité, accompagné du Tchadien Djibrine Aloum, du Nigérian Paul Bassey, de l’Egyptien Arm Fahmy, du président du Comité de normalisation de la Fécafoot, Joseph Owona, et du Sg de la région Simon Emile Mooh, ont effectué une descente sur les deux stades Omnisports de la ville et à l’aéroport de Bafoussam-Bamougoum. Ils ont apprécié lesdites infrastructures, dont le stade Omnisport de Kouekong (20 000 places), qui devrait être prêt en fin novembre 2015. 

 

organisation-can-2019-bafoussam-potentiel (1)

Au cours de la réunion à huis clos dans les services du gouverneur de la région de l’Ouest, les émissaires de la Caf ont reçu des garanties de ce que, d’ici fin 2017, toutes les infrastructures seraient prêtes pour accueillir une des poules de la Can 2009, au cas où l’organisation est confiée au Cameroun. En effet, le volet hôtelier, qui était le point critique à l’Ouest, connaît une amélioration certaine. Selon le délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Bafoussam, Emmanuel Nzete, des opérateurs économiques sont en plein chantier pour la construction de deux hôtels quatre étoiles : l’hôtel Zingana, situé au cœur même de Bafoussam, et l’hôtel Ethno, à 800m de l’aéroport de Bafoussam. « Ces deux merveilles futuristes seront opérationnelles au plus tard fin 2017. Tout comme les hôtels trois étoiles déjà opérationnels», a déclaré Emmanuel Nzete.

L’on se rappelle que la construction de ces hôtels quatre étoiles est une exigence de la Caf notamment pour pouvoir accueillir les officiels et les joueurs. Au cours de son exposé, le délégué du gouvernement a également présenté les potentialités de Bafoussam sur les plans touristique, économique, sanitaire, telécommunicationnel, social et culturel, politique et sécuritaire. Et de conclure que « Bafoussam dispose des atouts indéniables pouvant lui permettre d’accueillir une poule de la Can 2019. » Il promet d’ailleurs que « si le Cameroun est retenu pour l’organisation de ladite édition, nous disposons de ressources financières suffisantes pour procéder à quelques réglages nécessaires inhérents aux exigences de la Coupe d’Afrique des nations. » La Caf appréciera…

 

Source : cameroon-tribune