2014 marque le 130e anniversaire du refus du souverain de Bonabéri de signer le traité germano-duala.

 

 

En novembre prochain, la parution d'un livre est prévue aux éditions AfricAvenir/Exchange & Dialogue. Un ouvrage rassemblant des documents essentiels et authentiques de l'époque coloniale allemande. Ce sera le clou de la célébration des 130 ans de résistance de Lock Priso, chef du canton Bele Bele, roi d'Hickory Town, aujourd'hui Bonabéri. Commémoration lancée ce 28 août 2014 à Douala.

Capture

28 août. Date choisie parce que considérée par le Prince Kum'a Ndumbe III, petit-fils de Lock Priso, comme celle du " premier acte de résistance anticoloniale au Cameroun". Même si pour le plus grand nombre, le fait le plus notable du souverain des Bele Bele,  inscrit dans les livres d'histoire des écoliers camerounais, est son refus de signer le traité germano-duala du 12 juillet 1884. Pourtant, le 28 août de cette lointaine année, celui qui portait le nom de Kum'a Mbape, va écrire une lettre en pidgin-english au consul allemand Max Buchner afin de sauvegarder la souveraineté de son territoire. En réaction au geste du serviteur du Reich, qui avait hissé haut le drapeau allemand, plus tôt dans la journée : " Pull that flag down... No man buy we". C'est le véritable premier clash.

Ces informations, communiquées lors d'une enrichissante conférence donnée par le Prince, également Pr Kum'a Ndumbe III, feront partie du livre tout comme la ruse dont ont fait preuve les Allemands dans les termes du traité germano-duala. Avec des garanties demandées par les rois locaux, mais qu'il n'était pas question pour le colonisateur de respecter. Il sera aussi question du bombardement de Bonabéri en 1884. Des combattants méconnus, dont certains exécutés, de l'alliance avec le peuple abo. Aussi de la loi pour la protection du sang allemand qui a conduit notamment à la ségrégation avec 1km de no man's land, et à la création d'un quartier comme Neu Bell, plus connu comme New Bell. Les lecteurs découvriront l'ancienne monnaie camerounaise, le kroo ou kru, supprimé en 1894, d'une valeur de 20 marks allemands.

On retrouvera encore dans cet ouvrage la question de la rétrocession du Tangué, la proue princière de la pirogue de Lock Priso, prise dans le palais lors de la démonstration de force militaire de 1884 et déposée depuis au musée des peuples de Munich. Dans son combat d'une vingtaine d'années pour récupérer le bien familial, 75 organisations allemandes et 180 écoles parrainées par l'Unesco se battent aux côtés de Kum'a Ndumbe III.

 Source : Cameroon tribune