Députés et sénateurs ont été édifiés sur les actions du Programme vendredi.

 

messok

 

Trois points étaient à l’ordre du jour de la présentation du déploiement du Programme national de Développement participatif (Pndp) aux députés et sénateurs du Littoral ce vendredi dans un hôtel de Douala. Ses actions, son mode opératoire et ses déplacements. Rappel du coordonnateur régional du Pndp, Olivier Herman Bekack, le programme existe depuis 2004, pour des phases qui durent quatre ans chacune. Pour la première période, six régions étaient concernés : Extrême-nord, Nord, Adamaoua, Centre, Ouest et Sud. La deuxième phase a impliqué le Littoral, l’Est, le Nord-ouest et le Sud-ouest.

En ce qui concerne spécialement la région du Littoral, 23communes rurales ont bénéficié de l’accompagnement du Pndp. Du matériel informatique a été fourni ainsi que l’accès à Internet. La plupart ont été dotées en matériel roulant (des motos tout-terrain) pour le déploiement des personnels des mairies dans les zones reculées. Des communes telles que Manjo, dans le Moungo, ont été dotées de nouvelles salles de classe, et bénéficié de l’aménagement de leur hôtel de ville.

En outre, d’autres communes ont opté pour le renforcement des capacités de leurs personnels (notamment dans le suivi des projets, la maintenance des équipements, le plan d’investissement, la passation des marchés, etc.).

La troisième phase, dite de consolidation, va bénéficier aussi aux communes d’arrondissement. Il s’agit des six communes d’arrondissement du Wouri, des trois de la Sanaga-maritime, et des trois du Moungo. Le programme débute en septembre 2015. Entre autres élus présents à cette rencontre, Mbassa Dine, Siegfried Etame Massoma, Joshua Osih, Jean-Jules Ebongue Ngoh.

Source : Camroon Tribune