Huit ans après la mise sur pied  du Projet de développement rural  du mont Mbappit (PDRM) dans le Noun, des bénéficiaires portent leur appréciation sur le chemin parcouru et les appuis reçus.

Quand il évoque le Projet de développement rural  du mont Mbappit (PDRM), Hamadou Njussah, planteur à Foumbot dans le département du Noun à l’Ouest du Cameroun, se remémore encore les inondations qui lessivaient ses plantations en saison pluvieuse avant 2006. Maintenant, cela fait partie du passé, dit-il, car les eaux sont désormais canalisées par des infrastructures mises en place par le PDRM.

«Le changement est assez significatif. Par le passé, certaines pluies imprévisibles ravageaient en un jour des plantations entières qui représentaient tout l’espoir des familles. Aujourd’hui, nous disposons des canalisations d’eaux que nous gérons selon les besoins qui se présentent.» affirme Hamadou Njussah.

A propos des infrastructures, Jean Njikam, planteur à Koutoukpi prévient: «Il est important qu’on recycle en permanence les personnes chargées d’assurer la maintenance des installations afin que celles-ci perdurent. Nous ne voulons pas nous retrouver dans quelques années avec des tas de ferrailles et des tonnes de bétons abandonnés. Laissez-moi-vous dire que des exemples non loin de nous me donnent raison. (long rire)» Il ajoute: «En ce qui me concerne, je salue l’immensité du travail qu’a abattu l’équipe du PDRM. Sous leur impulsion, il existe sur l’ensemble des localités couvertes des regroupements de planteurs qui travaillent en coopérative.»

Préserver les installations

Avec une enveloppe de plus de 6 milliards de francs CFA de la Banque islamique de développement (BID), ce vaste projet à forte connotation agricole initié en 2006 a effectivement débuté en 2007 avec des retombées attendues dans les arrondissements de Foumbot, Koutaba, Malantouen et Bangourain dans le département du Noun.

Sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), le PDRM s’est donné pour mission la mise en place d’infrastructures modernes de production agricole, la formation des paysans bénéficiaires desdites installations et les appuis  en intrants agricoles.

Huit ans après, des résultats sont visibles. L’aménagement des bas-fonds en aval du mont Mbappit dans l’arrondissement de Foumbot et de Ngoundoup dans l’arrondissement de Koutaba va bon train.

D’après une agricultrice rencontrée sur les lieux, le PDRM a permis aux producteurs d’améliorer leur production et la qualité de leurs produits, grâce à l’aménagement des bas-fonds et la mise en place des canaux pour contrôler l’irrigation des plantations. Le projet a en outre apporté des appuis en intrants agricoles aux producteurs, en même temps qu’il a contribué à leur structuration.

«La différence entre l’instant présent et le passé est frappante. Grâce aux investissements et à l’appui conseil du projet, grâce aussi à notre amour pour la terre, nous avons retrouvé le sourire.» confie madame MACHE Ramatou, productrice de riz dans la localité de Ngoundoup à Koutaba.

L’histoire continue de s’écrire  autour du mont Mbappit, augurant des lendemains meilleurs pour les producteurs agricoles du Noun.

Soulémanou Mounpain