Le lancement d’une plateforme multi-acteurs et l’organisation d’un concours agricole sont les principales innovations qui meubleront cet événement.

siad-2015

Avec une forte contribution à la croissance économique du pays (20 à 30% du PIB), à l’emploi (80% des emplois ruraux sont agricoles), au commerce extérieur (plus de 55% des recettes d’exportation hors pétrole), au développement des services (transport, assurances, commerce et banque) et principal fournisseur des matières premières au secteur industriel, le secteur agricole se présente aujourd’hui comme l’un des principaux leviers d’accélération de la croissance. Et c’est pour consolider davantage cette tendance que les acteurs du monde rural ont rendez-vous dès mardi à Dschang, dans le département de la Menoua, région de l’Ouest. Durant cinq jours, un peu plus de 5 000 visiteurs viendront découvrir les produits que leur présenteront les 200 exposants attendus. Thème : « Pour une agriculture d’émergence : quelles priorités pour le développement des filières agropastorales au Cameroun ».

Selon l’Office camerounais des foires et expositions (Ocafex) organisateur de l’événement, l’innovation-phare de cette année sera le lancement de la plate forme multi-acteurs de réflexions et de prospectives pour une agriculture émergente. « On s’est rendu compte que les acteurs, programmes et stratégies développées manquent de synergie. Conséquence : il y a une duplication des actions, des surcoûts et un faible impact. La plate forme veut rassembler l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeurs agricoles que sont les producteurs, transformateurs, commerçants, producteurs de services, banques, assurances, instituts de recherche, etc.) pour penser l’émergence agricole, déterminer les priorités, répartir les rôles et responsabilités et identifier ou préciser les mécanismes de suivi et d’évaluation », explique un membre du comité local d’organisation.

L’autre innovation concernera le concours agricole. Ici, un accent sera mis sur deux éléments : l’élevage (meilleure espèce locale de poulets, chèvres et lapins en termes de productivité) et la transformation artisanale des produits agricoles. L’objectif étant de faire découvrir la diversité génétique des animaux du Cameroun, faire connaître leur capacité de production et servir de cadre de promotion et de vulgarisation du potentiel génétique. Plusieurs communications scientifiques auront lieu dont celle du Groupement d’intérêt économique (GIE) de l’université de Dschang sur le biogaz (production de l’énergie à partir des déchets agricoles).

 

Source : Cameroon Tribune