En visite dans la capitale économique du Cameroun, le Ministre des Travaux Publics a invité les différents  acteurs intervenant dans les zones d’emprise  des trois  chantiers à jouer leur partition pour que les infrastructures soient livrées dans les délais.

 

visite Douala

Du mardi 31 mars au mercredi 1er avril 2015, le Ministre des Travaux Publics, Patrice AMBA SALLA qu’accompagnaient le Gouverneur de la région du Littoral et le Directeur de l’Agence Française de Développement (AFD) a entamé à l’espace de neuf mois, son troisième périple sur les chantiers d’aménagement des pénétrantes Est et Ouest de de la capitale économique ainsi et le second pont en construction sur le Wouri. Cette visite a donné l’occasion une fois de plus au maître d’ouvrage d’évaluer l’état d’avancement des travaux exécutés, d’apprécier la qualité des travaux réalisés mais surtout de rencontrer les différents acteurs qui  interviennent dans la zone d’emprise des travaux dans le but de lever sans doute les obstacles qui pourraient retarder la réalisation des travaux .

Après la visite des trois chantiers, la satisfaction du maître d’ouvrage, des différentes autorités administratives et du principal bailleur de fonds l’AFD était perceptible. Le Ministre des Travaux Publics s’est dit satisfait et confiant quant au rythme de l’évolution des différents projets et de la qualité des travaux exécutés. Pour ce qui est de l’entrée Est de la ville de Douala, les travaux sont exécutés à 52% pour une consommation des délais de 54% et  un avancement financier de 20%. Quant à la pénétrante Ouest, dernier chantier engagé le 06 janvier 2015, les travaux sont déjà visible sur le terrain avec un état d’avancement de 10% et une avance de démarrage de 20%. Les travaux consistent à dégager les emprises du PK5+585 au PK8+0. Après les sueurs froides occasionnées par l’accident survenu le 20 janvier 2015 sur le chantier du second pont en construction sur le Wouri, ouvrage d’envergure et capital pour le développement économique de la sous-région, le Ministre des Travaux Publics et sa suite ont été heureux de constater qu’en dépit de l’ incident malheureux, les travaux ont évolué, le taux de réalisation physique est estimé à 36% pour une consommation des délais de 44%.

Cependant, sur le terrain, la mobilisation des différentes entreprises est freinée par des problèmes relatifs au retard des déplacements des câbles réseaux des concessionnaires Enéo, Camerounaise Des Eaux, Camtel et Camwater.  Il est question pour ces entreprises de déplacer dans les brefs délais leurs câbles réseaux sans qu’il n’y ait des répercussions ou des perturbations sur l’approvisionnement des différents services octroyés par ces concessionnaires. D’autres problèmes liés à  l’incivisme des riverains, au stationnement abusif et continu des camions au niveau de la station de pesage de Yassa bien que fermée, au stationnement prolongé des véhicules sortis du PAD et à la non libéralisation des emprises ont également été relevés.

A titre d’illustration, concernant le déplacement des câbles réseaux dans le chantier d’aménagement de l’entrée Est, Nourridine Kriaa, Chef de la mission de contrôle et de surveillance des travaux, représentant le groupement SCET Tunisie/Beta Consult, lors de sa présentation a déploré le fait que le chantier soit en arrêt depuis plus d’une semaine à cause des câbles de moyennes tensions d’Enéo situés sur l’emprise des travaux. Selon lui, ni les ouvriers, ni les grues ne peuvent se rapprocher de cette zone d’insécurité. Il en est de même  des conduites d’eau de la Camwater qui doivent être déplacées et reconstruites dans les brefs délais, ainsi que l’extension des canaux de distribution de la Camerounaise Des Eaux. Pour le MINTP les différents concessionnaires doivent mettre sur pied des installations performantes et de longues durées et faire des extensions capables de ravitailler la population dans l’avenir. Ces différentes extensions permettraient de protéger l’infrastructure routière et d’éviter la destruction du bitume souvent observée lors des travaux d’extension des différents concessionnaires. Pour ce qui est du réseau Camtel, 65% des câbles qui alimentent la ville de Yaoundé et ses environs passent par cette zone par conséquent, les câbles doivent être déplacés avec une extrême prudence.

La réunion de chantier présidée le 1er avril 2015, dans la Salle des Conseils de la Communauté Urbaine de Douala par le Ministre des Travaux Publics en présence du Gouverneur de la région du Littoral, le directeur de l’AFD, les responsables de la  Communauté Urbaine de Douala  et les autres intervenants dans le projet à savoir : les directeurs généraux du Port Autonome de Douala (PAD), de la Camerounaise Des Eaux, du Labogenie, de Razel,  les Chefs de mission de contrôle et  les responsables des autres administrations a permis d’élaguer les différents problèmes en suspens.

Le concessionnaire Enéo a promis déplacer ses câbles dans les quinze jours qui suivent pour permettre aux ouvriers de Razel de se remobiliser sur le chantier de l’entrée Est, Camwater et la CDE se sont engagés à effectuer les travaux dans les brefs délais. La collaboration étroite entre Camtel et les différentes entreprises  a été saluée. Les câbles réseaux de Camtel n’avaient pas de problème particulier dans la mesure où le concessionnaire a mis en place des équipes qui travaillent en permanence sur les sites des différents chantiers. Pour ce qui est du second pont sur le Wouri, le Ministre a invité le PAD à sécuriser la zone du projet en mettant en place un dispositif pour protéger l’estacade. Concernant la question des expropriations, le recensement entrepris par le Préfet du Wouri est presque achevé du côté de Déïdo même si le décret d’application des indemnisations reste attendu.

A la fin de la visite de travail,  Patrice AMBA SALLA a invité les différents acteurs à travailler en étroite collaboration avec la Cellule régionale de coordination des projets coordonnée par le Gouverneur de la région du Littoral car, selon le ministre, la réussite de ces grandes réalisations passe par une coordination rigoureuse des travaux et une collaboration franche entre les différents acteurs impliqués et  « Chaque acteur intervenant dans le projet doit jouer sa partition pour que les chantiers en construction  soient livrés dans les délais. »

 

 

Par Eliane Florence Eyenga