Les travaux de réhabilitation de la route Kumba-Mundemba longue de (109,100 km)  ont été réceptionnés  le 20 mars 2015, par une Commission  de réception  provisoire mise en place par le  Maître d’ouvrage. Situé dans la région du Sud-Ouest et traversant les départements de la Mémé et du Ndian, cet axe routier qui aura longtemps fait couler beaucoup d’encre et de salive, fait désormais la fierté de ses nombreux usagers.

Il est  désormais  possible de partir de la ville de Kumba pour la petite localité  de Mundemba en deux (02) heures de temps. Selon les populations riveraines, le voyage sur cet itinéraire auparavant était un véritable parcours du combattant qui s’effectuait en sept (07) heures et parfois en une journée.

Après la vérification des documents administratifs du marché pour l’exécution des travaux de réhabilitation de la route Kumba-Mundemba longue de 109,100 Km, les membres de la commission de réception provisoire, sont descendus sur le terrain pour passer en revue les quantités des travaux réellement exécutées. Ils ont pu constater qu’en ce qui concerne l’aménagement des emprises, les activités de débroussaillage, de déforestage et d’abattage des arbres ont été effectués. A cela se sont également ajouté les terrassements et l’assainissement des ouvrages d’art le long de l’itinéraire.

Par ailleurs la route Kumba- Mundemba s’est vu doter de plusieurs balises de sécurités en plus de nouveaux panneaux de signalisation. Dans le cadre de la protection du patrimoine routier, de nouvelles barrières de pluies ont été construites. A ce jour, le taux d’avancement physique des travaux sur cet axe est de 100%. A cet effet, la commission a procédé à la réception provisoire des travaux qui laisse désormais place à un délai de garantie d’un an.

Selon la mission de contrôle dont les travaux se sont effectués  en régie, les causes de  dégradations accentuées observées tout au long de l’itinéraire Kumba- Mundemba avant la réalisation des travaux étaient multiples. Sur la section de route Kumba- EKondo Titi par exemple, la circulation intense, la présence de faibles zones de portance le long du tronçon  ainsi que  l’existence des ruisseaux saisonniers ont été les principales causes de dégradation de la route.

Malgré la rareté des  matériaux de bonne qualité entre Kumba et  Ekondo Titi, la petite et moyenne entreprise locale chargée de la réalisation de ces travaux  de réhabilitation  a su donner satisfaction aux usagers de cette route qui sont pour la plus part, des agriculteurs, des commerçants et  personnel de l’Etat.

Compte tenu de l’importance économique et géostratégique de cet axe routier, des travaux de bitumage pourraient être envisagés dans le cadre du Plan d’Urgence annoncé par le Chef de l’Etat.