Le centre de vie de Lendi aviation, propriété du Cncc, a été réceptionné le 18 juin dernier par le gouverneur du Sud.

Riz_Port_Douala250213300

Six mois après la pose de la première pierre  de construction à Kribi du centre de vie du Conseil national des chargeurs du Cameroun (Cncc), un édifice y a poussé. Il s’agit d’un gigantesque magasin de stockage de marchandises, le tout 1er du genre à Kribi. Le joyau architectural a été réceptionné le 18 juin dernier, par le gouverneur de la région du Sud, Jules Marcellin Ndjaga. C’était lors d’une double cérémonie solennelle qui consistait également à inaugurer l’antenne régionale du Sud du Cncc à Kribi.

La structure réceptionnée est logée à Lendi aviation, un village situé dans l’arrondissement de Kribi 1er. Elle est bâtie sur une superficie de 1,5 hectare. Son centre est constitué des hangars  de stockage de 1000 m2 chacun, d’un espace de parking de stationnement pour les camions, d’une guérite, des miradors et des locaux techniques pour les groupes électrogènes. Le projet s’inscrit dans la dynamique de facilitation de la chaine logistique de transport en perspective de développement dans la ville de Kribi.

C’est la probable mise en service du port en eau profonde de Kribi dans les prochains jours qui a boosté les travaux. « L’objectif était d’être opérationnel à Kribi avant l’accostage à Mboro du tout premier navire », indique Auguste Mbappe Penda, directeur général du Cncc. La construction qui a duré nettement six mois tel qu’annoncée le 04 décembre 2014, lors de la cérémonie de lancement des travaux, vient quelque peu dissiper l’incrédulité de certains citoyens de la ville de Kribi, qui considéraient cela comme une chimère et qui soutenaient que les camerounais sont incapables d’achever les travaux d’infrastructures dans les délais.

Suivant le cahier de charges, le Cncc s’est acquitté de plus de la moitié de ses engagements vis-à-vis des populations du village Lendi Aviation. A l’entame de la construction, les riverains avaient sollicité le recrutement des fils de la localité  pour œuvrer dans le chantier et à l’avenir, dans le magasin. Elles avaient également sollicité l’électrification du village pour réduire l’insécurité grandissante, la construction d’une aire de jeux, un approvisionnement de l’école publique de ce village en 40 tables-bancs et l’approvisionnement de la chefferie en 400 chaises plastiques pour usage d’intérêt communautaire. « Cela n’a pas été totalement respecté, mais plus de la moitié a été fait », informe un notable du village. « Ils nous ont promis de terminer cela et de faire plus encore pendant que le centre sera fonctionnel. Et nous les croyons », croit, optimiste, une élite du coin. Même le représentant des populations au près du comité de pilotage du port, le sénateur Grégoire Mba Mba,  reconnaît que le centre va engranger du travail pour les riverains.

Lazare kingue/ Quotidien Mutations