Grégoire DJARMAILA

Les travaux d’adduction d’eau dans ces deux localités viennent d’être réceptionnés.

 

eau-potable_2

Mindif dans le département du Mayo-Kani et Soulede-Roua dans le département du Mayo-Tsanaga ont un dénominateur commun. Dominée chacune par deux massifs rocheux, les deux localités ont un sol et un sous-sol rocailleux. Avec ce relief, réaliser une adduction d’eau relevait tout simplement d’un projet onirique. Mais ce défi vient d’être relevé par les pouvoirs publics. A Mindif, l’on est allé à 15 km, dans le village Lubour trouver un champ captant pour arroser la ville de Mindif. Les travaux de réalisation de cet audacieux projet qui ont coûté plus de 980 millions de Fcfa viennent d’être réceptionnés provisoirement par une équipe interministérielle. A Mindif-centre, 40 bornes fontaines sont fonctionnelles.

Quatre autres desservent la localité qui abrite la source de captage. La mission conduite par Jean-Jacques Yepmou, directeur de l’Aménagement du Territoire  au Minepat s’est assuré que l’eau potable coule effectivement dans les bornes fontaines et dans quelques domiciles témoins. La réception définitive interviendra dans un an. Un délai aussi nécessaire pour les bénéficiaires de ce projet de former et de mettre sur pied un comité de gestion local pour pérenniser cette importante installation. C’est ce qui a été recommandé au maire Sadjo Hamawa de Mindif au moment de lui remettre officiellement la clé de la vanne principale.

Le projet d’adduction d’eau de Mindif a été réalisé par une entreprise camerounaise. Il comporte un château d’eau de 150m3 construit sur l’un des flancs du Pic de Mindif, de 44 bornes fontaines et un dispositif de pompage solaire de 26 000 watts crête. Le réseau de distribution s’étend sur 13 900 mètres linéaires à travers les artères de la localité de Mindif.

A Soulede-Roua, le branchement a été effectué à partir de Gouzda sur la conduite Mokolo-Mora, soit une distance de 27 km. Les souffrances des populations liées au manque d’eau relèvent désormais du passé dans cette zone où la recherche du précieux liquide vire souvent au drame. 30 bornes fontaines desservent les petits groupements de Soulédé-Roua. Avant de procéder à la réception provisoire des travaux, les membres de la mission interministérielle ont voulu s’assurer que toutes ces installations respectent les règles de l’art et surtout de la qualité de l’eau qui coule dans les robinets. Ce projet d’adduction d’eau dont les études ont été faites par la Mission de Développement Intégré des Monts Mandara (MIDIMA) depuis 2005 a  été financé à hauteur de 1 150 000 000 F CFA. Lors de la séance de signature du procès-verbal de réception dans les locaux de la MIDIMA à Mokolo, le chef mission a prescrit aux différents acteurs en charge d’exécuter ces travaux qu’une période d’un an leur est accordé pour procéder aux réglages des différents points d’ombre constatés.

 

Source : Cameroon _tribune