Pierre Rostand ESSOMBA/Cameroon Tribune

L’établissement dispose désormais des latrines et une cour de récréation pour ses élèves.

 

11202832_832407736807087_1795721372783268608_o (1)

Les 400 élèves qui fréquentent l’école publique de Zima, un village de l’arrondissement d’Obala dans le Centre, seront certainement éblouis le jour de la rentrée quand ils arriveront dans l’enceinte de leur établissement. La petite école respire la modernité. Sa cour de récréation, qui était trop accidentée, a été aménagée. Les bâtiments ont été repeints et l’établissement dispose désormais de latrines. Le don salué par les populations de Zima est  une œuvre de la coopération coréenne. La cérémonie de réception et de retrocession de ces ouvrages a eu lieu mercredi à Zima en présence de Richard Abena, sous-préfet d’Obala.

Trois jeunes volontaires de l’Agence coréenne de coopération internationale (Koica), partis de leur Corée du Sud natale, sont arrivés à Zima en octobre 2013. Il était question pour eux de donner un coup de main au ministère de l’Agriculture et du Développement rural dans la prise en charge des populations rurales. Mais à Zima, ils seront frappés par l’état de l’école publique du village. Selon les témoignages des enseignants et des riverains, les élèves se soulageaient en plein ce qui les exposait à de nombreuses maladies. La cour de l’école était une forte pente qui ne permettait pas aux enfants de s’épanouir pendant la récréation. « Ils étaient malheureux pendant les heures de pause. Impossible pour eux de courir comme leurs congénères d’ailleurs. Cette situation nous a frappés et nous avons décidé d’agir », a déclaré Yang Hee Loc, un volontaire. Avec le concours du Comité de développement villageois de Zima, les volontaires coréens de Koica ont monté le projet.

Chacun a donc apporté du sien dans la réfection de l’école publique de Zima. Pierre Ananga Messina, président du Comité de développement villageois, par ailleurs, premier adjoint au maire d’Obala, a pesé de tout son poids pour voir le projet se réaliser. Au nom de ses frères et sœurs du village, il a dit merci aux Coréens. « Nos enfants ne seront plus malheureux. Eux aussi connaîtront désormais les petits bonheurs de la cour de récréation », a-t-il dit. Le développement de l’école publique de Zima sera terminé quand l’établissement aura de l’eau potable. Cet autre projet, d’après Pierre Ananga Messina, est déjà en étude.