La cérémonie de remise des parchemins à ces acteurs du monde rural a été présidée mercredi dernier à Bertoua par le ministre de l’Agriculture et du développement rural.

 

88f135a483ef01fac8d7b920488085e4_L

Ils sont un peu plus de 1 000 formés. Des jeunes des dix régions du Cameroun venus à Bertoua à l’occasion de la cérémonie de remise de leurs attestations sanctionnant ainsi la fin de leur formation dans les métiers d’agriculture et d’élevage. C’est le fruit d’un travail entrepris depuis 2008 par le gouvernement camerounais à travers le Minader et le Minepia, sous financement C2D et mis en œuvre par le Programme d’appui à la formation professionnelle agropastorale (AFOP). A la faveur de la cérémonie solennelle de célébration des 1 000 premiers jeunes installés à leur propre compte, Essimi Menye, le Minader n’a pas manqué de saluer Pierre Blaise Ango, le coordonnateur national du programme AFOP, pour les efforts inlassables qu’il n’a cessé de déployer pour développer à titre expérimental un dispositif d’accompagnement à l’installation des jeunes formés, porteurs de projets.

Avant la cérémonie de remise des parchemins, Essimi Menye s’est d’abord rendu dans la localité de Bouam située dans l’arrondissement de Diang, puis à la périphérie de Bertoua où il a visité deux exploitations agricoles de deux jeunes formés et installés. Il était accompagné de Clémentine Ananga Messina, le ministre délégué au Minader,  d’Hervé Conan, directeur de l’Agence française de développement (AFD) et de Samuel Dieudonné Ivaha Diboua, gouverneur de la région de l’Est.

Certes, on a célébré l’insertion de 1 000 jeunes, mais c’est plus de 1 000 emplois qui vont être ainsi générés. Le coordonnateur national du programme AFOP estime à 1 712 les emplois directs et indirects qui sont créés, ce qui marque un point important dans la lutte que le gouvernement mène contre le chômage. En réalité, ils étaient 980 jeunes, à savoir 707 garçons et 273 filles installés ayant reçu chacun un financement C2D/AFOP de 1 500 000 F, mais ce nombre va augmenter dans les tout prochains jours puisque c’est un total de 1 046 projets qui a été validés et son financement va se faire dans les prochains jours. Le Minader a apprécié l’enthousiasme de ces jeunes qui ont délibérément choisi pour métier, le travail de la terre. « L’agriculture est un business qui, s’il est bien mené apporte du bonheur à son promoteur qui n’aura rien à envier aux autres métiers », leur a dit Essimi Menye en guise d’encouragement.