Sainclair MEZING /Cameroon Tribune

appui-elevage-porcelets-diocese-obala

L’appui du chef de l’Etat servira de fonds de roulement à 100 petits producteurs de l’école paysanne de la localité.

Tout était pourtant parti vendredi dernier pour une simple cérémonie de lancement de l’école paysanne-porcine et de remise de porcelets et de provende à cinquante fidèles du diocèse d’Obala, selon le programme initial.

Mais, la remise d’un chèque de 10 millions de F du président de la République, Paul Biya, au diocèse d’Obala, est venue changer littéralement la tonalité de l’événement. D’après Laurent Manga Bela, conseiller technique n°2 et représentant du ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation (MINRESI), porteur dudit chèque, «cette première initiative doit être source de grande rentabilité. Ainsi, ce diocèse, deviendra-t-il, une réserve inestimable de protéines animales très appréciées et consommées en grande quantité par les populations en particulier lors des grandes cérémonies sociales ». D’après lui, cet argent servira de fonds de roulement à cent producteurs de l’école-paysanne d’Obala, avec le concours de l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD). Ces paysans seront également outillés aux techniques de fabrication de l’alimentation, de reproduction, de sevrage de porcelets ainsi qu’à l’hygiène et à la prophylaxie des porcs.

 

Pour Monseigneur Sosthène Léopold Bayemi Matjei, évêque d’Obala, «ce soutien permet de lutter contre la misère pour amener les fidèles à ne pas penser seulement à aller au ciel comme si la terre n’existait pas. C’est important pour nous de les amener à se prendre en charge ». «Il faudrait que les groupements ou associations paysannes puissent exprimer leurs besoins au MINRESI ou à l’IRAD. Et lorsqu’il y a des moyens, une équipe est commise pour faire une étude de faisabilité», recommandera Henri Bayemi, coordonnateur scientifique des productions animales et halieutiques à l’IRAD. Par la même occasion, quarante catéchistes du diocèse d’Obala ayant bénéficié d’une formation initiale ont reçu trois porcelets (deux femelles et un mâle) de races améliorées et trois sacs de provende équivalant à 100 kg pour un démarrage. Selon des conventions signées, les bénéficiaires devront rétrocéder chacun au diocèse d’Obala trois porcelets par truie après la première mise bas. Ceux-ci devront être redistribués à d’autres demandeurs. Pour l’évêque d’Obala, l’objectif visé est que le diocèse dispose de 600 éleveurs de porcs d’ici trois ans. L’élevage des porcs par le diocèse vient en rajouter à la longue liste des activités agropastorales qu’il mène déjà dans son vaste domaine. Avec le concours du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, il dispose de vastes plantations d’ananas, de maïs, d’une bananeraie, d’un jardin potager et fait également dans l’élevage des caprins, bovins et des poulets.