Elise ZIEMINE/Cameroon-Tribune

 

Véritables parcours du combattant à l’époque, ces tronçons sont désormais praticables après les travaux du Minhdu et de la CUY dans les quartiers Biyem-Assi, Nsam, Efoulan et autres.

 

Yaounde_Biyem-Assi

Du bitume en lieu et place d’énormes nids de poule. Ce cliché, CT l’a capté dans plusieurs  quartiers de Yaoundé : Tam-Tam, Nsimeyong, Efoulan, Anguissa, Ngoa-Ekellé, Nsam... A Biyem-Assi, la petite entrée (à gauche) avant le carrefour Acacias lorsqu’on est en provenance du lieu dit, « Shell Nsimeyong » a changé de visage. Les morceaux de planches servant de passerelle et qui ont fait « chavirer » plus d’un automobiliste, ne sont plus qu’un lointain souvenir. Le ministère de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu) et la Communauté urbaine de Yaoundé (Cuy) ont soufflé dans ces zones et bien d’autres, le vent de la modernité et du développement. Vent qui a emporté sur son passage à Biyem-Assi, cette chaussée dégradée et a donné aux populations, une belle avenue. Propre. Les traces de poussière n’étant plus très visibles sur les murs des habitations.

L’on peut certes déplorer l’absence de parking le long de l’itinéraire, jusqu’à la sortie non loin de « Niki Biyem-Assi », mais pour les riverains, ce n’est pas bien grave. L’essentiel a été fait. Car à côté de cette bretelle, plusieurs autres voies secondaires (quatre ou cinq dans la zone) ont été réfectionnées. Pistes impraticables avant, ces routes sont désormais très prisées. « C’était terrible avant. Même à pied, on ne s’en sortait pas. Depuis que cet axe a été aménagé, nous sommes soulagés », relate Anatole Y., un automobiliste. Les habitants du quartier ne cachent pas leur satisfaction non plus. Habitués à transpirer dans les embouteillages au niveau du carrefour Acacias ou à patauger dans la boue sur les voies secondaires, ils ont dit adieu à leur calvaire grâce à l’aménagement de ces voies. Michel Awa, l’un d’eux a indiqué que « le quartier est devenu beau. Nous pouvons enfin laver nos habits et les sécher sans qu’ils ne soient salis par la poussière. Nous sommes heureux et disons merci au délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé ». Seulement, regrette-t-il, habitués à aller au ralenti lorsque la route était mauvaise, certains automobilistes oublient le pied sur l’accélérateur. Deux accidents ont été enregistrés, heureusement sans perte en vie humaine. Comme les autres parents, il souhaite que des dos-d’âne soient posés sur cet axe, afin que la source de bonheur d’aujourd’hui, ne soit pas à l’origine du malheur de demain. 

A Tam-Tam où le tronçon ressortant au lieu dit « Terre rouge » au quartier Damase a été bitumé, piétons et automobilistes sont également aux anges. « Nous sommes satisfaits et disons merci pour le travail qui a été fait ici. Avant, cette route était impraticable. Elle a été très bien bitumée. C’est une très bonne action que les autorités ont posé », a affirmé Hubert Nzoyem, un riverain. Réfectionnées ici, construites là-bas, de nombreuses voies secondaires de la ville de Yaoundé subissent une cure de jouvence. A la CUY, une source bien informée indique que ces aménagements vont se poursuivre dans d’autres quartiers, mais au fur et à mesure de la disponibilité des moyens.