Les 270 élèves de l’école de langue, art et culture duala du canton Bell ont reçu leurs parchemins samedi.

 

Les apprenants, de 3 à 26 ans, de l’école de langue, art et culture duala du canton Bell ont, après deux mois de cours, repartis samedi dernier nantis d’un parchemin, mais aussi la tête bien pleine.

Logo-Muna-Mboa2-01

La cérémonie d’au revoir a eu lieu à la chefferie Bell (arrondissement de Douala 1er), en présence du prince Jean-Yves Eboumbou Douala Manga Bell, des autorités de la ville et de la fondatrice de l’établissement, la princesse Clarisse Douala Bell. Les enfants de la communauté et d’ailleurs ont acquis des notions en matière de langue, d’art, de culture et d’art culinaire. Encadrés par une dizaine d’enseignants et de personnels d’appui, ils ont appris à chanter l’hymne national en duala, et appris aussi les principes de la culture, les traditions à travers récits et contes. La langue et ses contours étaient aussi au menu des enseignements proposés parl’école.

Pour la promotrice de ces vacances-études, la princesse Clarisse Douala Bell, il est primordial pour les enfants de connaître leur histoire, d’où ils viennent, les traditions qui sont les leurs, etc.

Au début de l’aventure il y a trois ans, relève-t-elle, rien ne laissait présager un engouement pour ce nouveau combat. En trois ans, l’effectif des apprenants a été multiplié par neuf, passant de 30 élèves à 270. Innovation de l’année qui s’achève, l’introduction dans le programme des technologies de l’information et de la communication (Tic). L’année prochaine, toujours selon la promotrice, la communication sociale fera son entrée dans les enseignements.

Samedi, les élèves sont aussi repartis les bras chargés de cadeaux. La princesse a quant à elle reçu la palme d’or, pour son engagement dans la promotion de la femme et de la famille.