extension-reseau-distribution-eau

Les travaux d’extension et d’installation de branchements sociaux dans les centres urbains et péri-urbains ont été réceptionnés mercredi à Yaoundé.

C’est sous un nouvel angle que Louis Lekegang, résident de « Komkana plateau » à Yaoundé, semble voir la vie. Son quotidien a changé depuis quelque temps. « Cela fait plus de 20 ans que nous n’avions pas d’eau. Nous ne savions pas que nous pouvions avoir de l’eau potable ici. Il fallait en acheter à deux ou trois kilomètres d’ici. Nous étions comme des oubliés », s’émeut-il. Récemment, la Camwater (Cameroon Water utilities), a procédé, sur financement de la Banque mondiale (BM), à l’extension des réseaux de distribution d’eau de l’ensemble des arrondissements de la ville de Yaoundé. Ainsi, les choses ont également changé pour les habitants de Nkolzié. Désormais, ils sont desservis en eau potable quatre jours par semaine, selon les responsables de la Camwater. « Avant c’était la misère. On n’avait pas d’eau. Le réseau de distribution est passé ici il y a un peu plus d’un an et beaucoup n’ont pas pu en bénéficier parce que les prix étaient colossaux. Mais avec les branchements sociaux, à 35 000 F voire 40 000F, on a de l’eau », déclare Félix Benoît Kitio, chef de quartier de Nkolzié B, responsable du comité de développement.

En fait, le gouvernement a obtenu de la Banque mondiale, le financement du Projet de développement des secteurs urbain et d’approvisionnement en eau. L’une des composantes de ce projet portait sur la production et la distribution de l’eau potable en milieux urbain et péri-urbain. Toutes les régions, excepté l’Extrême-Nord ont été concernées. Une extension de 135 km a été réalisée à Yaoundé et une autre de 215 km dans les centres secondaires. Par ailleurs, 50 000 branchements sociaux dont 40 000 sous forme de don et 10 000 sous forme de prêt ont été réalisés entre 2010 et 2015. Une partie de ces travaux a été réceptionnée mercredi à Yaoundé au cours d’une descente sur le terrain des responsables de la Camwater. Occasion pour le directeur général, Jean Williams Sollo d’affirmer : « Nous avons accru la production d’eau potable à Yaoundé depuis huit mois déjà. En fin d’année, nous allons encore l’accroître de plus de 80 000 m3/jour. Il était important qu’il y ait des réseaux qui puissent accueillir et distribuer cette eau aux populations qui en ont grandement besoin ».

En cinq ans, la première phase d’extension des réseaux de distribution d’eau potable à Douala et dans les centres secondaires a porté sur un linéaire de 135 km dont 36 pour la ville de Douala. La deuxième phase des travaux, a concerné Yaoundé, Douala et des centres secondaires pour des linéaires respectifs de 135 km, 51 km et 79 km. En somme, la densification du réseau de distribution et l’installation des branchements sociaux ont nécessité un financement de sept milliards de F environ et permis un accroissement de l’ordre de 5% du taux de desserte. 80 000 ménages sont donc actuellement connectés au réseau pour 800 000 personnes alimentées en eau potable dans l’ensemble des localités concernées par le projet.