youssouf-hadidja-alim-visite-ecole

Le ministre de l’Education de base a sillonné plusieurs établissements primaires et maternels lundi dans la ville de Maroua.

Au-delà des sons des cloches dans les établissements scolaires lundi, la sirène du ministre de l’Education de base, Youssouf Hadidja Alim, a retenti toute la journée d’hier à dans les rues de Maroua.   Le Minedub a choisi la région de l’Extrême-Nord pour lancer officiellement la rentrée scolaire 2015-2016. A ses côtés, le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, qui veillait particulièrement sur toutes les articulations de ce grand rendez-vous de l’année avec les élèves du primaire et de la maternelle.

C’est donc une cérémonie solennelle qui a drainé un grand nombre de parents, d’élèves et d’autorités administratives et traditionnelles à l’école publique de Founangué que le Minedub a présidée à Maroua. Avant cette virgule qui a donné le ton de l’année scolaire 2015/2016 à travers discours, sketchs et remise des cadeaux, dès 8h, le cortège de Youssouf Hadidja Alim a sillonné plusieurs établissements primaires et maternels de la ville de Maroua parmi lesquels : l’Ecole publique de Doualaré, l’Ecole privée catholique Sainte Anne de Doualaré, l’Ecole maternelle et primaire bilingue privée islamique Sabil de Doualaré, l’Ecole maternelle d’application de Founangué. Les élèves ont reçu des encouragements du Minedub.

Dans son discours de circonstance, le ministre Alim a insisté sur le fait que le choix de la région de l’Extrême-Nord n’est pas un fait du hasard. C’est un appel à une mobilisation nationale et totale, non seulement pour le pays, mais particulièrement pour la région de l’Extrême-Nord victime  d’insécurité depuis un certain temps. Elle en a profité pour souhaiter aux enfants, aux enseignants, aux parents ainsi qu’aux différents acteurs impliqués dans le système éducatif, une bonne année scolaire. En les encourageant tous, elle a promis de continuer à apporter son appui pour que l’éducation ait une place de choix dans la société camerounaise.

Pour joindre la parole à l’acte, elle a apporté un appui en matériel didactique et hygiénique aux écoles des six départements de la région. Il s’agit de la craie, des stylos à bille, des cahiers, des seaux, des râteaux, de l’eau de javel, des brouettes, des ardoises, des crayons, des rames de papier etc. Avant de mettre un terme à son programme d’hier, elle a tenu une réunion avec tous les responsables impliqués dans la réalisation du plan d’urgence scolaire instruit par le chef de l’Etat. Il était question de faire un état des lieux pour achever les travaux déjà réalisés à plus de 90%. Aujourd’hui, elle va à Mora, dans le Mayo-Sava.