Alliance NYOBIA/ Cameroon-Tribune

indemnisation-stade-japoma

Les populations ont été sensibilisées mardi par le préfet du Wouri qui annonce pour ce jour le début des descentes d’évaluation.

100 hectares. Voilà la superficie totale à libérer pour le projet de stade de football de Japoma (arrondissement de Douala III, dont la capacité annoncée est de  50.000 places.

Le 20 octobre, le préfet du Wouri, Naseri Paul Bea, est allé à la rencontre des populations et des autorités traditionnelles de la zone, dans le cadre d’une opération de sensibilisation. Réunis dans le hall de la mairie d’arrondissement de Douala III, les participants à cet échange ont appris que les opérations de recensement commencent ce 21 octobre 2015, avec les descentes effectives sur le terrain des sous-commissions – chargées respectivement d’évaluer la valeur des cultures, des constructions et des terrains nus.

Rappel du préfet, la Déclaration d’utilité publique (Dup) portant sur cet espace a été signée par le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières en février dernier. A partir de ce moment, il n’était plus question d’y immatriculer un espace, ni d’en vendre ou d’en céder. Ne seront donc concernés par les indemnisations que les personnes y ayant mené des transactions antérieures à la signature de la Dup. C’est à ceux-là que les autorités demandent de se faire enregistrer. « Si vous avez votre terrain, votre maison, votre champ… Il faut être prêt », va conseiller le préfet, invitant les locataires qui seront trouvés sur le terrain à ne pas se présenter comme propriétaires, mais à donner « le nom du bailleur ».

« On va évaluer les biens et vous donner de quoi vous déployer ailleurs », a, en outre, mentionné Naseri Paul Bea. Avant d’insister sur la nécessité pour tous de collaborer en bonne intelligence, en gardant à l’esprit l’urgence que revêt l’opération – il y a un stade de football à construire, dans les meilleurs délais, en vue de la Coupe d’Afrique des Nations de 2019 prévue au Cameroun.

 

--

 

A Japoma, sur le terrain du stade

Des bornes placées hier, en prélude aux opérations d’évaluation des propriétés sur l’espace à libérer.

 

Des coups de pieu dans le sol, puis Naseri Paul Bea, le préfet du Wouri, qui dispose une borne dans le trou ainsi pratiqué. Par ce rituel ont commencé concrètement hier, 21 octobre, les opérations qui vont conduire à la libération des 100 hectares requis pour la construction du futur stade de football de Japoma (Douala 3e). Après que quatre bornes ont été placées, le préfet a rappelé que les trois sous-commissions à l’œuvre (chargées respectivement d’évaluer les constructions, les champs et les terrains nus) ont deux semaines pour boucler le travail sur le terrain. La veille, 20 octobre, Naseri Paul Bea présidait une réunion de sensibilisation des populations dans le hall de la mairie d’arrondissement de Douala 3e à ce sujet.

« Ce matin [21 octobre, Ndlr] nous sommes descendus sur le terrain pour matérialiser cette emprise de 100 hectares », a confié le préfet aux médias au terme de l’opération. Les riverains, dont quelques-uns ont été rencontrés sur le site, sont invités, pour ce qui concerne les propriétaires terriens, à fournir l’original de leur titre foncier, et à présenter leur Cni pour être identifiés – et donc enregistrés. Il faudra également apporter la preuve de la propriété sur les autres types de biens – les champs notamment. Rappel du préfet, « le stade va aller vite. Il faut que les gens puissent fournir les documents ».