/ Cameroon-Tribune  Jean Baptiste KETCHATENG 

Le ministre Jean-Claude Mbwentchou a inspecté samedi le site de cet équipement urbain en vue de la Can 2019.

 

douala-stade-e142673750668011

Le week-end dernier a commencé par une demi-journée de travail qui a rassemblé plusieurs responsables d’administrations ce 24 octobre 2015, tout d’abord sur le site du futur stade omnisports de Douala, à Japoma, dans la banlieue Est de la ville. Puis  au cœur de Douala, à la lisière de Koumassi, sur le terrain de la Cité des cinquantenaires. Emmenés par le ministre de l’Habitat et du Développement urbain (Minhdu), Jean-Claude Mbwentchou, fonctionnaires et cadres du privé ont visité les lieux pour préciser les tâches qui doivent être effectuées alentour du grand chantier à venir.

Le ministre Mbwentchou les a particulièrement résumées à l’intention du public au cours d’une réunion technique suivant la descente. Tout d’abord, a-t-il expliqué, les instructions qu’il a reçues du Premier ministre au sujet du projet d’infrastructures concerné prescrivent que l’aménagement du site distingue 60 hectares (sur un bloc de 100) de terrain qui seront affectés à l’usage du sport. Le plan d’aménagement sur lequel les services de la Maetur et de la Communauté urbaine de Douala planchent doit être prêt incessamment.

Quant aux voies d’accès, le Minhdu a précisé qu’il y en aura deux d’envergure dont la principale devra se connecter à l’autoroute en construction entre Yaoundé et Douala. L’autre entrée ouvrant la possibilité de venir au stade par le boulevard à l’entrée Est de la ville, lui aussi en voie d’élargissement. Dans un mois au plus tard et en principe, la délégation locale des Travaux publics, en collaboration avec la Communauté urbaine, devra avoir transmis les propositions à cet égard. Le temps presse, a souligné le ministre en délimitant ce calendrier dont la dernière date est fixée à un jour de 2018 : « Le stade devra alors être prêt. »

Pour parvenir sans embûches à élever les murs du nouveau stade omnisports, les autorités de Douala ont été invitées à maintenir la surveillance des terres déclarées d’utilité publique. Le recensement des constructions qui s’y est effectué quelques jours avant le passage du ministre devrait s’interdire de tolérer toute nouvelle inscription, a indiqué Jean-Claude Mbwentchou. Alentour du stade en effet, un second projet qui s’imbrique dans celui de l’équipement sportif est en cours d’exécution. Il s’agit de l’aménagement sur 40 hectares de la « petite ville Bakoko ». Un centre urbain nouveau avec hôtel cinq étoile