Malgré le fait que de nombreux malades ne règlent pas leur factures au centre des urgences ouvert le 18 août 2015 dernier, cette institution publique fonctionne normalement.

9b886c5962816d3ff3c0882e604221c4_L

Visiblement le centre des urgences de Yaoundé fonctionne dans le respect de son cahier de charge. Son but est de soigner de manière désintéressé des malades  qui se rapprochent de la mort. De ce fait, les usagers qui ne parviennent pas à régler leur factures n'entache en rien le bon fonctionnement de cette institution hospitalière. 

«32% des patients n’arrivent pas à payer et ne reviennent même pas payer. Dans ce genre de cas, il y a les indigents vrais, que nous appelons les indigents totaux, qui ne sont pas accompagnés, on les a ramassés dans la rue et on les a abandonnés ici. Il y en a qui sont des malades de mauvaise foi. Nous souhaitons que les gens soient sensibilisés. La santé a un coup et il faut que les gens contribuent. Si on veut pérenniser ce Centre il faut que les gens contribuent à leur santé».

Ces mots sont de monsieur Louis Joss Bitang, le directeur de ce centre qui reste malgré tout reste serein. Lancé le 18 août 2015, le centre des urgences de Yaoundé, fruit de la coopération entre le Cameroun et la Corée du Sud a déjà enregistré plus de 3000 usagers.

Boris SUGEWE