Ils viennent de recevoir leurs « attestations de travail » à la faveur de la tenue à Maroua de la troisième session du programme USEP.

secto-maroua

Fini la clochardise pour les 302 jeunes qui pendant des mois se sont investis dans les travaux de propreté dans six communes de l’Extrême-Nord, à savoir, Mokolo, Mogodé, Mora et les trois communes d'arrondissements de Maroua. Ils ont eu six mois de formation dans les petits métiers. Camille Mouthé à Bidias, directeur général du Fonds national de l’emploi (FNE) et coordonnateur du Programme spécial pour l’emploi urbain (USEP) leur a remis leurs « attestations de travail » le 4 novembre 2015. C’était dans la salle des actes de la commune du premier arrondissement de la ville de Maroua à l’occasion de la tenue de la troisième session de ce Programme. Sur les 302 jeunes bénéficiaires de la phase-pilote du programme USEP, 277 ont épargné une partie du salaire qui leur était mensuellement versé, soit un total de plus de 22 millions de F, représentant leur quote-part pour la création de leurs propres emplois.

 

Et à ce sujet, le coordonnateur du programme les a rassurés que 186 millions de F sont déjà disponibles dans le cadre de l’appui à leur insertion professionnelle. 73 projets initiés par ces jeunes ont été validés par le comité de mise en route de ce programme le mardi 3 novembre dernier. Entre autres projets choisis, il y a le petit commerce, l’élevage, l’embouche, l’agriculture, la couture, la menuiserie-bois, la fabrication des pavés... D’autres jeunes ont sollicité des formations dans des domaines divers et variés tels que la couture, le secrétariat bureautique, la conduite d’engins lourds, la fabrication des briques en terre cuite… Le coordonnateur du Programme USEP a recommandé au directeur de l’agence régionale du FNE de l’Extrême-Nord de prendre sans délai attache avec les structures appropriées en vue de la formation sur le tard de ces jeunes. Après cette phase-pilote, ce Programme va se déporter sur d’autres communes de l’Extrême-Nord.