Une mission de l’Union africaine est à Douala pour évaluer le projet.

 

 

13538904

Ce lundi 23 novembre 2015 à Douala, s’ouvrent les travaux de la mission d’évaluation technique de l’Union africaine (Ua) sur le site de la Base logistique continentale (Blc) de la Force africaine en attente (Faa). Mission qui fait suite à l’accord de siège signé le 12 octobre dernier à Yaoundé par le Commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’Ua, l’ambassadeur Smail Chergui, et le ministre camerounais délégué à la Présidence, chargé de la Défense, Joseph Beti Assomo. Mission aussi qui est plus une réévaluation, vu que la dernière descente de l’Ua remonte à 2011. Il est donc question de savoir en quatre ans comment les besoins ont évolué et ce qu’il y a à mettre en œuvre afin que la base soit opérationnelle le plus tôt possible.

Il convient de rappeler que la Base a été créée aux fins de stockage et de redistribution de la logistique et des équipements aux cinq forces régionales en attente de la Faa pour leurs missions de paix sur le continent africain.

Parlant de besoins, la mission de l’Ua, accompagnée de partenaires, américains notamment, a effectué, samedi 21 novembre, une visite préliminaire des différents espaces offerts par le gouvernement camerounais pour abriter la Blc : le terminal à conteneurs du port de Douala, la Base aérienne et le Génie militaire, où sera construit le siège proprement dit. La délégation a eu pour guides le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Dieudonné Ivaha Diboua et le colonel Moïse Adeck, Conseiller militaire camerounais auprès de l’Ua. Descente au bout de laquelle le constat a été dressé par le colonel Mor Mbow, chef de mission et point focal du projet de la Blc : « C’est des sites qui répondent à nos attentes et c’est pourquoi nous pensons que la mission d’évaluation technique va se poursuivre dans de très bonnes conditions. »

En effet, à la base aérienne par exemple, le groupe s’est rendu sur les 6 ha cédés à la Blc où, à côté de ce qu’il faudra construire, certaines infrastructures sont déjà disponibles et nécessiteront des travaux de rénovation. Quant aux 18 ha alloués du côté du Génie militaire, les experts américains et ceux de l’UA ont parcouru l’endroit, découvert une installation d’eau déjà fonctionnelle, etc. En effet, la mission, en incluant les partenaires américains, français, chinois… a pour but d’aider ces derniers à estimer dans quelle mesure ils pourront apporter leur soutien à la mise sur pied concrète de la Base logistique continentale. La mission, qui doit permettre de chiffrer les besoins, devrait aussi notamment aboutir à une conférence des donateurs.