signature-convention-fecafoot-municipalites

La Fecafoot a signé hier, à Yaoundé, des conventions de partenariat avec des municipalités pour la construction de terrains en gazon synthétique.

Quelques semaines après son élection à la tête de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Tombi à Roko Sidiki débute la mise en œuvre de son programme quadriennal.

Hier à Yaoundé, la Fecafoot a procédé à la signature de conventions de partenariat avec les communes de Bafia, Bafang, Bangangté, Bamenda, Ngaoundéré, Ngoumou et Sangmélima, pour la conception, le financement et la construction de terrains de football en gazon synthétique, des gradins et des vestiaires. Ceci, dans le but de pallier la désuétude et l’inexistence d’aires de jeu de qualité. Selon Tombi à Roko Sidiki, il s’agit d’œuvrer à l’amélioration de la qualité du spectacle dans les compétitions nationales afin de ramener le public dans les stades et donner davantage de visibilité aux compétitions en quête de sponsors. « C’est la contribution de la Fecafoot au développement des infrastructures sportives », confie le président de la Fecafoot.

Quatre membres du gouvernement ont pris part à la cérémonie, afin de souligner l’importance de l’évènement autour du ministre des Sports et de l’Education physique. « Nous en profitons pour lancer un appel à tous les acteurs sociaux à suivre l’exemple de ce jour, d’autant plus que des aménagements législatifs ont été opérés pour promouvoir et encourager  le partenariat dans le champ du sport et de l’éducation physique (…) Je souhaite que les engagements pris par les parties soient respectés afin qu’ils puissent servir d’exemple aux autres acteurs », a déclaré Bidoung Mkpatt.

D’après lesdits accords, la Fécafoot va s’occuper entre autres, de la conception, du financement et de la réalisation des travaux des terrains et des accessoires, tandis que les municipalités auront à charge les vestiaires et les gradins. Elles s’occuperont également de l’entretien des ouvrages réalisés, même si la Fecafoot mettra à disposition un tracteur pour la conservation du gazon synthétique. Les deux parties devront se mettre d’accord pour désigner un régisseur pour la gestion des terrains et les revenus seront partagés à parts égales. « D’ici peu, nous allons effectuer un appel d’offres auprès des entreprises agréées en pose de gazon synthétique à la Fifa. Les travaux devraient débuter en janvier 2016 et les premiers terrains livrés en juin 2016 », confie Tombi à Roko Sidiki, tout en appelant au rassemblement des acteurs du football. Du côté des élus, on se réjouit du partenariat. « Nous avons un petit terrain dont les infrastructures ont vieilli. Cela va aider à améliorer la pratique du football », affirme Idrissou Abana, maire de la commune de Ngaoundéré II.