C’est un Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain globalement satisfait de l’évolution des travaux de construction des logements sociaux qui a bouclé sa descente sur le site d’Olembé, le mercredi 18 novembre 2015. Le prétexte de cette autre sortie était le séjour dans notre pays d’un Vice-Président de la Société Internationale Economique et Technique de Shenyang en Chine, engagée dans le chantier du Programme gouvernemental de construction de 10000 logements sociaux et d’aménagement de 50 000 parcelles constructibles.

 

10407705_1035102806516967_1836656522220132710_n

Jean Claude Mbwentchou était accompagné entre autres, de Jacqueline Koung à Bessiké, sa collègue des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières et de Marie Rose Dibong, Secrétaire d’Etat en charge de l’Habitat. Aux côtés de ces trois membres du Gouvernement, les Directeurs Généraux de la Société Immobilière du Cameroun (SIC) et du Laboratoire National de Génie Civil (LABOGENIE), ainsi que le Directeur de la Mission d’Aménagement et d’Equipement des Terrains Urbains et Ruraux( MAETUR).

La première halte est observée au complexe immobilier de 60 logements, achetés par la Direction de la Sécurité Présidentielle, qui nécessitent une clôture et pour lesquels des travaux d’habitabilité sont en cours. Le Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain a donné au Génie Militaire un délai d’un mois. Une autre instruction donnée par Jean Claude Mbwentchou, cette fois-ci à la Maetur, porte sur le recadrage du planning d’exécution des travaux de construction de 640 logements par la firme franco-suisse COFFOR, où il est noté un retard de quatre mois, du fait entre autres, des lenteurs administratives. La délégation interministérielle ne cache pas sa satisfaction à l’issue de la visite des travaux exéutés sous la maîtrise d’ouvrage déléguée de la Société Immobilière du Cameroun (SIC) par les Petites et Moyennes Entreprises (PME), dont certaines redoublent d’ardeur au travail après les retards accusés au lancement. Celles-ci sont appelées à boucler leurs travaux au plus tard en mars 2016. Du côté des voies d’accès à ces logements exécutés par l’entreprise Razel, le Ministre et sa suite notent que les travaux sont exécutés à environ 15%.

Plus que la satisfaction, c’est de l’émerveillement qui se dégage des visages des membres de la délégation interministérielle à la vue des 660 logements construits sur financement de la coopération chinoise ( sur les 1500 attendus). Et pour cause, le chantier est presque achevé au niveau du gros œuvre et seuls restent les travaux de finition, d’habitabilité et d’équipement. C’est donc avec aplomb que le Directeur Général Adjoint de la Société Internationale Economique et Technique de Shenyang en Chine révèle que la deuxième phase des travaux comprendra 3200 logements à construire dans les villes de Yaoundé, Douala, Limbé, Bafoussam, Bamenda et Sangmélima.

Une bonne nouvelle pouvant en cacher une autre, Jean Claude Mbwentchou dévoile que sa collègue des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières a pris des mesures pour le basculement du titre foncier du Programme de construction des 10 000 logements sociaux de la Maetur à l’Etat. Une démarche qui permettra de relancer la commercialisation de ces logements, même si un bilan énergétique est à dresser pour permettre l’approvisionnement des acquéreurs en eau et électricité.