Le 23 novembre dernier, le ministre des Travaux publics Emmanuel Nganou Djoumessi avait effectué une descente sur le tronçon pouma- Edéa pour constater l’affaissement de la chaussée survenue au pk 11+887 et au pk+700 ainsi que l’état de dégradation avancée de la chaussée au niveau de la station de pesage de Nkankanzock à Edéa. Le Mintp avait alors prescrit des mesures d’urgence qui à ce jour non pas été prises à  la légère par les différents acteurs concernés, au regard de la célérité des travaux sur le terrain.

net1

Les usagers de la nationale N°3, Yaoundé-Douala se sentiront désormais  à l’aise à la traversée de la section de route Pouma –Edéa qui depuis quelque temps était devenue impraticable. Et pour cause, l’affaissement de la chaussée au lieu dit Mapubi et la dégradation avancée de la chaussée au niveau de la station de pesage de Nkankanzock à Edéa. C’est pour s’assurer de l’effectivité des mesures d’urgence annoncées par le Ministre  des travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, qu’une délégation de ce département ministériel conduite par le Directeur de l’Entretien et de la Protection du Patrimoine Routier et le Délégué régional des Travaux Publics pour le Littoral, a effectué une descente sur les sites des travaux, le 14 décembre 2015.

Le premier constat effectué a été la reprise  des activités de cantonnage à travers le décapage des accotements et l’abattage  des arbres aux abords de la chaussée de l’axe Yaoundé-Douala, pour la rendre mieux visible.

Sur le tronçon Pouma-Edéa au lieu dit Mapubi, où la chaussée s’est affaissée sur une largeur de 3m environ, suivi de l’effondrement de la protection du bloc technique d’une buse au pk11+887 et de  la fissuration  de 2 buses au pk12+700 à cause des pluies et de la vétusté de la route, il est prévu de remplacer toutes les buses par des dalots et construire de manière progressive des ouvrages appropriés. Mais en attendant, une dalle de transition à déjà été posée et sera recouverte par la suite d’une couche de roulement pour éviter la perturbation de la circulation.

Au niveau de la station de pesage de Nkankanzock, les travaux de réhabilitation  de la chaussée ont été lancés avait notamment la construction d’une nouvelle chaussée en béton armée, seule capable de résister au passage permanent des engins lourds faisant l’objet d’un contrôle de charge. Cette dégradation  selon des experts est le résultat des efforts transversaux et longitudinaux qu’effectuaient les engins venant dans le sens contraire à la plate forme de pesée sur une chaussée dont les caractéristiques n’étaient pas appropriées.

Pour  pallier cette insuffisance, l’étude de la construction d’un nouveau site menée par la Direction générale des Études Techniques est déjà rendue  à la phase de faisabilité.

Selon les responsables des  entreprises, ces mesures d’urgences s’achèveront  le 22 décembre 2015. Seule fait à déplorer, le non respect des panneaux de signalisation par les usagers.