Marilyne NGAMBO TCHOFO / Cameroon-Tribune

12375067_1011919328871564_4697279591696289595_o

Depuis hier, la foire accueille plus d’une centaine d’entreprises qui s’expriment dans l’agro-alimentaire, le cosmétique, le textile, l’artisanat, entre autres. Ya-fe est lancé. La partie basse du palais des Congrès accueille depuis hier près de 250 exposants venus y présenter leur savoir-faire. C’est dire que la manifestation, hormis le côté festif qui l’entoure, est devenue un rendez-vous de promoteurs des PME et autres propriétaires de petits commerces. C’est également le lieu pour de nombreux visiteurs d’apprécier des produits faits localement dans les secteurs de l’agro-alimentaire, du textile-confection, du cosmétique… Sous les chapiteaux qu’abrite la foire, quelques artisans qui ont réussi à faire passer leurs activités de l’informel au statut d’entreprise. Sophie Engome, promotrice de Afro Lifestyle, a fait le grand saut. La créatrice d’accessoires qui évolue dans l’artisanat depuis plusieurs années a donné une nouvelle dimension a ses activités, il y a tout juste un an. « Suite à ma participation au salon de l’entrepreneuriat Promote, j’ai ouvert une boutique à Yaoundé. Je conçois une bonne partie des produits, mais j’ai toute une équipe pour leur confection », explique la créatrice. Ce qu’elle veut, c’est donner une touche africaine aux objets de tous les jours, qu’il s’agisse de mobilier, vêtements… Elle indique : « Nous voulons faire découvrir le savoir-faire africain. Pour cela, nous essayons d’utiliser au maximum du matériel local: du coton, des perles et tissus africains. J’attends d’avoir beaucoup de monde, malheureusement on a perdu le week-end du shopping de Noël, mais, nous espérons que les gens pourront faire leurs achats».

Difficile de faire quelques pas sur le site sans tomber sur un stand de produits alimentaires. L’agro-alimentaire occupe une place prépondérante dans les secteurs représentés. Pour sa première participation à la foire, Hervé Lekeuzeu, a trouvé bon de présenter des produits alimentaires transformés.

« Nous importons et revendons des mayonnaises, spaghettis, sardines… A l’issue de cette foire, nous comptons améliorer la notoriété de notre entreprise, car participer à des évènements comme ceux-ci nous permettent de mieux communiquer sur nos produits».

D’un autre côté, plusieurs promoteurs ont misé sur l’industrie des cosmétiques, à base de produits naturels ou non. Pas surprenant donc de voir des stands transformés en salons d’esthétique, avec des séances de démonstration de techniques de make-up. Histoire de tester les produits et de faire vivre aux visiteurs des sessions improvisées de relooking.