Alliance Nyobia /Cameroon-Tribune

Option réitérée hier, 28 décembre, lors d’un conseil d’administration de la Cdpm à Douala.

 

ca midepecam2013

 La Caisse de Développement de la Pêche maritime (Cdpm), en liaison avec le Minepia, entend consolider les acquis en matière de développement de l’aquaculture commerciale. L’option se dégage de la 50e session ordinaire du conseil d’administration de cette structure, session qu’a présidée le ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales, Dr Taiga, ce lundi 28 décembre à Douala. L’objectif poursuivi est de contribuer à l’amélioration de la productivité des exploitations aquacoles.

Rappel du Dr Salvador Ngoande, secrétaire exécutif de la Cdpm, ces trois dernières années, « des technologies innovantes ont été développées (élevage hors sol, élevage en circuit fermé, etc.) au profit des producteurs locaux ». Ces derniers ont bénéficié aussi de formations itinérantes, « lesquelles ont permis d’adapter les techniques de production aux situations réelles de chaque ferme ».

Outre la vulgarisation des techniques de production intensive d’alevins, les pouvoirs publics prévoient la diffusion de matériel génétique performant dans les centres d’alevinage ou des fermes privées ; la fourniture de services d’appui-conseil aux exploitations aquacoles ; assurer la veille technologique en matière d’innovations… Dans la même veine, l’Unité pilote d’aquaculture intensive de Logbaba (Douala) est appelée à jouer un rôle encore plus important, notamment par la mise en œuvre du projet de promotion de l’entrepreneuriat aquacole (en partenariat avec le Fonds international de développement agricole, Fida), d’une part, et comme centre d’excellence en pisciculture d’autre part.

Toujours au cours des travaux d’hier, les administrateurs ont adopté le rapport de performance de la Cdpm pour le triennat 2013-2015, ainsi que le budget de l’exercice 2016, qui s’équilibre en recettes et en dépenses à près d’un milliard de francs.