105535688_o

Sur le site, les travaux vont bon train même si des menaces de perturbation planent de nouveau. Une citerne d’eau prépare le terrain, un engin l’aplanit, un autre le terrasse. Non loin, des caterpillars se déploient, transportent pierres et autres matériaux de construction… La vie a repris son cours sur le chantier de l’autoroute Yaoundé-Douala, précisément entre le Pk 10 et le Pk 20. Ce mardi 6 janvier, les travaux de terrassement vont bon train. Il y a encore quelques jours, l’entreprise chinoise chargée de la réalisation de cette infrastructure n’avait pas accès à la zone. Le chantier a été bloqué deux semaines par les populations de l’arrondissement qui revendiquaient leurs indemnisations. Le 18 décembre dernier, le gouvernement a obtenu des populations, la levée des barricades qu’elles avaient installées dans la zone. Une aubaine pour l’entreprise chinoise qui a capitalisé la période pour faire avancer les travaux.

C’est ainsi que des dalots et autres ouvrages hydrauliques ont été réalisés sur les premiers 20 kilomètres du chantier. En ce moment, l’assainissement (drainage, construction de fosses, caniveaux) est en cours et le terrassement des dix premiers km (du Pk 0 au Pk 10) ne va pas tarder à prendre fin. Suivront les travaux de signalisation. Au niveau de la carrière, la centrale d’enrobé est déjà installée et ne tardera pas à produire du béton bitumineux pour la chaussée. Même si, de nouvelles menaces de perturbation planent à ce jour sur le chantier. Après une première manifestation des populations, soldée par un dialogue avec les pouvoirs publics, un nouvel accord a été conclu entre les deux parties. Les autorités administratives ont, à nouveau, sollicité l’implication des élites de la localité.

« Une série de réunions a été tenue. Les élites se sont dépêchées sur le terrain et sont tombées d’accord avec les populations pour faire tomber les barricades », explique Patrick Simou Kamsu, préfet de la Lékié. La condition était que leur dossier d’indemnisations aboutisse et que leur dû leur soit versé le 5 janvier 2016. Passé cette date, et en l’absence du décret d’indemnisation, des sources introduites affirment qu’une nouvelle manifesttion pourrait avoir lieu.

C’est le 7 décembre dernier, alors que l’entreprise revenait de la phase d’arrêt temporaire des travaux, que les autochtones de Lobo ont investi le chantier de l’autoroute pour revendiquer le paiement de leurs droits. Dès lors, les pouvoirs publics se sont engagés à accélérer le processus d’indemnisation. A cet effet, lors du conseil de cabinet du 23 décembre 2015, le Premier ministre, Philemon Yang, a recommandé à son équipe, l’effectivité des indemnisations, la libération des emprises, ainsi qu’une communication visant à mettre l’accent sur l’impact positif desdits projets sur les conditions de vie futures des Camerounais. Il a exigé des ministres en charge du dossier, la mobilisation des fonds de contrepartie et le paiement des décomptes dans les délais. Les travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala ont débuté en octobre 2014 et devraient, selon les prévisions, prendre fin en 2018.