voeux2016-1

 

Yaoundé, le 14 Janvier 2016.

 

 Madame la Secrétaire d’Etat auprès du MINHDU en charge de l’Habitat; Monsieur le Président du Conseil d’Administration de la SIC ; Monsieur le Secrétaire Général ; Monsieur le Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé; Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux et Directeurs des Sociétés Publiques, Parapubliques et Privées; Mesdames et Messieurs les Présidents des Ordres Professionnels ; Mesdames et Messieurs les Maires ; Mesdames et Messieurs, Chers Collaborateurs ; Chers Invités.

Permettez-moi d’abord de présenter, au nom de Madame la Secrétaire d’Etat et en mon nom propre, nos sincères remerciements au Président de la République, Son Excellence Monsieur Paul BIYA pour la confiance renouvelée en nos modestes personnes pour poursuivre le vaste chantier de modernisation et de transformation des villes camerounaises à la tête du Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain, à la faveur du décret n°2015/434 du 02 octobre 2015 portant réaménagement du Gouvernement.

 

Je voudrais ensuite souhaiter la bienvenue et témoigner ma gratitude à l’ensemble des acteurs du sous-secteur de l’habitat et du développement urbain présents, ici en ce jour. Leur présence en ce lieu est sans doute le symbole de leur attachement aux actions entreprises par le Gouvernement dans le cadre de la politique des Grandes 3 Réalisations engagées par le Président de la République, S.E.M Paul BIYA. Mes remerciements ciblent également le personnel du MINHDU via le Secrétaire Général, pour les propos aimables et les félicitations à l’occasion de notre reconduction à la tête du MINHDU, qu’il vient de nous adresser, Madame la Secrétaire d’ Etat et moi, en votre nom.

Je formule en retour, au nom de Madame la Secrétaire d’Etat et en mon nom propre, les vœux les meilleurs de bonheur, de santé, de longévité, de paix et de succès pour vous–mêmes, vos familles respectives et tous ceux qui vous sont chers, pour l’année 2016. Nous tenons également à rendre un vibrant hommage à certains responsables et agents publics qui ont servi leur pays avec probité, désintéressement, professionnalisme et loyauté. Mais comme chaque chose a son temps, ils doivent observer un repos bien mérité. Je tiens à les remercier et leur souhaiter pleine réussite dans leurs nouvelles activités tout en leur disant notre disponibilité à les accompagner.

Enfin, je vous invite à vous lever pour observer une minute de silence, en mémoire de nos collègues rappelés à Dieu au cours de l’année écoulée, sans oublier nos compatriotes, les forces de défense et de sécurité tombées sur la ligne de front dans la guerre contre les terroristes de Boko Haram, et les civils victimes des atrocités de la sulfureuse secte.

 

Je vous remercie…  Mesdames et Messieurs, Chers Collaborateurs, La traditionnelle cérémonie de présentation de vœux de nouvel an nous donne l’occasion d’échanger et de tirer des enseignements sur les actions de l’année passée et donner des orientations nouvelles à nos services pour l’année en cours. Le bilan des activités réalisées en 2015 qui vient de nous être dressé par le Secrétaire Général est certes satisfaisant grâce à une forte implication du personnel et à une bonne cohésion des responsables. Cette satisfaction est une interpellation car elle prouve à suffisance que nous pouvons faire davantage pour transformer positivement, qualitativement et quantitativement les villes camerounaises que les populations appellent de tous leurs vœux et que le Chef de l’Etat souhaite de toutes ses forces. Mesdames et Messieurs, Chers Collaborateurs, Chers invités, L’année budgétaire qui démarre, est charnière en matière d’infrastructures urbaines. En effet, elle constitue une pierre blanche relativement à la concrétisation de la politique des Grandes Réalisations du Chef de l’Etat, au moins pour deux raisons : -premièrement, la poursuite et/ou l’achèvement des grands projets structurants, dans les domaines de l’Habitat et de la Voirie, démarrés au cours du triennat précédent et appelés à modifier positivement la physionomie et le rayonnement de Douala et de Yaoundé ; -deuxièmement, le démarrage effectif des grands projets structurants de voirie en perspective des CAN 2016 et 2019 et dans le cadre du plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance économique (PLANUT) ainsi que le volet Habitat à Ebolowa, Bamenda et Bafoussam.

De même, ce nouvel exercice est singulier. Car, la dotation budgétaire connait un bond historique s’élevant précisément à 177 579 000 000 (cent soixante-dix-sept milliards cinq cent soixante-dix-neuf millions) francs CFA, soit une augmentation de 74 352 800 000 FCFA en valeur absolue et 72,02% en valeur relative par rapport à l’exercice 2015. A l’analyse, cette embellie témoigne de la volonté du Chef de l’Etat, S.E M. Paul BIYA, de faire du sous secteur urbain un levier majeur pour la promotion d’une croissance économique forte et durable. Aussi, traduit- elle l’option du Gouvernement d’investir massivement dans les infrastructures urbaines au cours de la première décade 2010-2019 de mise en œuvre du DSCE et de la Vision d’émergence du Cameroun à l’horizon 2035. Dès lors, nous comprenons que le Chef de l’Etat a décidé de mettre l’infrastructure en adéquation avec la demande économique et sociale, en d’autres termes, replacer l’infrastructure dans son rôle d’accompagnement des objectifs de développement économique et social du Cameroun.

En clair, pouvait-il en être autrement lorsqu’on sait que le taux d’urbanisation au Cameroun est de 52% et atteindra 60% à l’horizon 2020 ; et le PIB urbain quant à lui 6 représente 65% du PIB national. Ces paramètres appellent une intensification des investissements dans les villes pour tenir compte de la dynamique urbaine et endiguer leurs externalités négatives visibles notamment la multiplication et l’envahissement des bidonvilles, le désordre urbain, la délinquance et l’insécurité urbaines…. En somme, notre département ministériel est arrivé à un tournant décisif et c’est le moment de réussir : maintenant ou jamais ! Mesdames, Messieurs, Chers collaborateurs, Face à cet enjeu de réalisation de grands projets structurants, sommes-nous suffisamment prêts ? Oui, nous le sommes ! Sommes-nous à la hauteur de la confiance faite par le Président de la République à notre sous-secteur ? Oui, nous le sommes et c’est un impératif catégorique ! Comment donc réussir cette mission à la fois passionnante et absorbante ? Je voudrais partager avec vous le chemin à parcourir pour atteindre le cap de la performance. Chers Collaborateurs, Je vous demande de vous approprier le modèle de fonctionnement qui promeut une posture offensive, c'est- à-dire, se sentir investi d’une mission forte et contribuer au développement des villes et à l’atteinte des résultats pour lesquels les populations urbaines sont fortement attachées.

Autrement dit, il faut rentrer dans une nouvelle philosophie dont la motricité active est la religion du travail. Oui, développer la valeur travail, vivre son travail au quotidien et s’appliquer à 100%. Mes chers Collaborateurs, Peut-on développer un pays sans le sacrifice ? Peut-on émerger sans se fixer un cap ambitieux ? Sans se projeter vers les résultats ? Sans être en phase avec la nouvelle trame de l’action gouvernementale à savoir : la quête permanente de la performance et l’observance des éléments basiques de déontologie administrative entre autres : - la disponibilité ; - la ponctualité ; - l’assiduité ; - le sens du devoir et de l’honneur; - la confidentialité ; - la loyauté ; - la recherche de l’intérêt général ; - l’impartialité ; - la neutralité ; - le sens de la réserve ; - le respect de la hiérarchie ; - et la responsabilité. Il nous revient ainsi de travailler pour être en phase avec le message du Chef de l’Etat à la Nation le 31 décembre 2015, je cite « l’administration est un indispensable instrument régalien au service de l’Etat et de l’intérêt général…il est bon que notre administration ne cesse jamais d’être une force de progrès. » fin de citation. Par ailleurs, nous avons une Vision : la transformation positive de nos villes comme énoncée dans le Document 8 de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) et la Stratégie de Développement du Sous-secteur urbain. Nous avons une méthode qui est progressive et par étapes : d’abord le rattrapage, c'est-à-dire le relèvement substantiel du niveau d’infrastructures de Douala et Yaoundé, des huit (08) autres Chefs-lieux de Régions ainsi que les Chefs-lieux de Départements. Contrairement à ce que pensent certains, il n’est pas question de raser les noyaux centraux urbains au regard des dommages financiers et sociaux très élevés qui en découleraient.

La solution : c’est de partir de l’existant pour le restructurer, améliorer l’accessibilité tous azimuts à l’effet de fluidifier la circulation, limiter les embouteillages, favoriser un gain en temps de travail, offrir des services urbains de qualité, réduire la fracture sociale urbaine… c’est ce qu’on appelle aujourd’hui la lutte contre les exclusions spatiales, sociales et économiques ; en d’autres termes : la promotion des villes inclusives.

La solution aussi : ce n’est pas de se concentrer exclusivement sur Douala ou Yaoundé pendant trois ou quatre ans, voire cinq ans. Ce serait simpliste et oublier l’option politique de développement équilibré du Cameroun si cher au Chef de l’Etat, qui permet d’offrir une armature urbaine équilibrée pour le pays. Cette physionomie des villes camerounaises est un atout. Car, la multiplication des pôles urbains de développement contribue à la structuration des activités économiques tout en concourant au développement des zones rurales environnantes. Aussi, elle limite l’exode rural et atténue l’engorgement des villes qui peuvent devenir des poudrières.

Nous avons des moyens qui se consolident au fil des ans à travers la hausse graduelle du BIP et le renforcement en personnels techniques. Fort de ce capital, il nous revient de jouer pleinement notre partition. C’est pourquoi j’invite chacune et chacun de vous, à l’union et à faire preuve d’esprit d’équipe pour créer la sérénité et éviter les dispersions d’énergie et autres suspicions.

Je demande à chaque chef de structure d’établir un tableau de bord qui doit guider l’exécution des projets, de tenir les réunions de coordination sectorielles dans sa Direction pour suivre la mise en œuvre des projets et à l’occasion, relever les problèmes, identifier les solutions correctives y afférentes et mobiliser le personnel à plus d’engagement et d’ardeur au travail. A cet égard, j’ai d’ores et déjà instruit le Secrétaire Général d’en accorder une attention particulière au cours des réunions de coordination.

Pour performer, il y a lieu d’adopter de nouvelles attitudes et méthodes de travail en terme de pro-activité, d’anticipation, de rigueur dans le suivi des projets partant de l’élaboration des Appels d’Offres jusqu’aux réceptions provisoires des travaux. Voila, chers collaborateurs, quelques pistes essentielles pour réussir et conduire efficacement les projets de l’exercice 2016 dont les plus saillants sont, pour ce qui est des travaux en rapport avec la préparation des CAN 2016 et 2019 :  l’achèvement des travaux de construction de la voie d’accès au stade Omnisport de Limbé dont la fin est prévue en mai 2016 ; la poursuite des travaux de construction de la voie d’accès au stade Omnisport d’Olembé à Yaoundé ; la réalisation des études en vue de la réhabilitation et ou de construction des voies d’accès aux stades et aux équipements hospitaliers et hôtelière à Douala, Limbé, Buéa, Bafoussam, Garoua et Foumban en vue de la préparation de la CAN2019.

- Relativement au Plan d’Urgence Triennal pour l’accélération de la croissance économique (PLANUT) :  la poursuite des travaux de réhabilitation des voies structurantes de Douala et Yaoundé pour un linéaire respectif de 63,75 km et 50,13 km ainsi que de réhabilitation de 2142 points lumineux dans le cadre du plan d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance dont la fin est prévue en 2017 ;  la poursuite des travaux de construction de 100 logements sociaux et équipements urbains connexes à Ebolowa, et le démarrage effectif à Bamenda et Bafoussam ;  la finalisation des dossiers de construction de 500 logements dans les autres capitales régionales (à l’exception de Douala et Yaoundé). - spécifiquement à l’habitat: le démarrage des travaux de construction de 900 logements de la Cité des Cinquantenaires à Douala ; 11 la finalisation du montage financier et le démarrage des travaux de la Cité des Cinquantenaires à Ndjoungolo à Yaoundé pour la construction de 800 logements standing ;  la poursuite de la construction des logements avec la coopération chinoise à Limbé et du démarrage des travaux dans les villes de Bafoussam ; Sangmélima et Bamenda à raison de 100 logements dans chaque ville ;  l’achèvement des travaux de construction des 1675 logements sociaux à Olembé à Yaoundé et Mbanga-Bakoko à Douala ainsi que ceux d’habitabilité dans le cadre du programme gouvernemental de construction de logements sociaux ;  l’achèvement des travaux de construction de 640 logements par la firme internationale COFFOR ;  la poursuite des travaux de construction des logements sociaux en matériaux locaux à Olembé à Yaoundé ;  la création d’un pôle urbain à Nkozoa dans la périphérie de Yaoundé intégrant les programmes du SENAT, du Conseil Constitutionnel, du Centre International de Conférences, d’un hôtel cinq (05) étoiles et des résidences des hôtes ; la construction des Cités municipales avec le concours du CFC et du FEICOM ; la dynamisation de la promotion immobilière privée.

- Concernant les travaux de voirie et d’assainissement : le démarrage effectif des travaux à Garoua, Bafoussam et Bertoua, de construction des 12 infrastructures urbaines dans le cadre du C2D urbain capitales régionales ; le démarrage effectif des travaux de valorisation touristique et économique du lac municipal et de l’aménagement de la vallée de la MINGOA à Yaoundé ;  la poursuite des travaux de construction de l’autoroute Yaoundé-Nsimalen section rase campagne dont la fin des travaux est prévue en fin 2017 ; le bouclage technique de la section urbaine de l’Autoroute Yaoundé-Nsimalen ; le démarrage effectif des travaux de construction des drains à Douala et Yaoundé respectivement dans les cadres du projet de drainage pluvial de Douala et du projet d’assainissement de Yaoundé 2ème phase (PADY2) ;  la réhabilitation des voiries secondaires dans une trentaine de villes sur financement Fonds Routier 2016.

Chers collaborateurs, Soyons lucides ! Car, le combat en faveur du développement urbain est bien complexe et dépasse le seul périmètre de notre département ministériel. C’est le combat de tous les acteurs, je veux dire, les CTD, les Institutions Spécialisées (FEICOM, SIC, MAETUR, CFC, MIPROMALO…), les Ordres professionnels, le Secteur privé, les Organismes Internationaux d’appuis technique et financier, les Associations et Comités de quartiers. Oui, il faut mobiliser tous ces acteurs !

Je compte sur la mobilisation effective de tous et de chacun afin d’atteindre ces objectifs que nous nous sommes fixés. Il y’aura évidemment des difficultés mais je ne doute pas qu’ensemble, nous parviendrons à les surmonter. En effet, vous pouvez compter sur notre engagement, Madame la Secrétaire d’Etat et moi-même à réunir, autant que possible, les conditions indispensables à l’accomplissement de vos missions. Une fois de plus je vous renouvelle nos vœux de nouvel an. Bonne année à tous.

Je vous remercie pour votre bien aimable attention.