Toutes les conditions doivent être réunies pour que les travaux de construction de la route Foumban-Manki dont le taux d’avancement s’élève actuellement à 69%, s’achèvent le 31 août 2016. C’est la recommandation formulée au cours de la visite des chantiers d’infrastructures effectuée le 14 mars 2016, par le Ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, qu’accompagnait le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Travaux publics chargé des Routes, Louis Max Ayina Ohandja.

_DSC2228

Doter le Cameroun d’infrastructures routières en qualité et en quantité reste la préoccupation majeure du gouvernement. Pour ce qui est de la région de l’Ouest, région à fortes potentialités agricoles avec une densité de la population très élevée, désenclaver les routes constitue un défi majeur à relever. Pour ce fait, le Ministre des Travaux publics, qu’accompagnaient le Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Travaux publics chargé des Routes, Louis Max Ayina Ohandja et le gouverneur de la  région  de l’Ouest, Awa Fonka Augustine a effectué une descente dans la région de l’Ouest afin d’apprécier  l’état d’avancement des travaux de construction des routes  Foumban-Manki,  Manki-Pont de la Mapé situés dans le département du Noun.

S’agissant de la route Foumban-Manki, longue de 40 km, première escale de ce périple, il y a lieu de relever que ce chantier connaît un retard considérable dans son exécution. Entamés depuis 2011 pour une durée de dix-huit mois, les travaux de construction de la route Foumban-Manki durent depuis 55 mois. Cinq ans après, le chantier n’est toujours pas achevé ! Le taux d’avancement des travaux au mois de mars 2016 n’est que de 69%. Concernant les travaux sur le terrain, les terrassements sont achevés sur un linéaire de 29 Km sur les 38 du projet, le revêtement achevé sur 27 Km sur les 38 du projet. Pour ce qui est des ouvrages hydrauliques, 63 buses sont exécutées sur les 77. Les études d’exécution, les tracés, le dossier géotechnique et le dossier d’assainissement sont validés.

Face à ce constat, le Ministre des Travaux publics, a réuni à la base vie de l’entreprise Eser Contracting and Industry Co.Inc, tous les acteurs intervenants dans la réalisation desdits travaux ainsi que les autorités traditionnelles, les forces vives de la localité dans le but d’examiner les contraintes et trouver des solutions aux problèmes qui entravent la bonne exécution du projet après les concertations entamées récemment dans son cabinet.

Pour, Emmanuel Nganou Djoumessi, « Là où il y a la volonté, il y a les résultats ». Cette concertation a donné l’occasion à la Mission de Contrôle Beta Groupement Beta Consult /Comete International, représenté par son Chef  de Mission et au directeur de l’entreprise ESER Contracting and Industry, entreprise adjudicataire, chargée de la réalisation des travaux sur le terrain  de présenter la situation exacte du projet avec tous les différents contours. Les principales préoccupations évoquées ont tourné autour de la disponibilité des ressources financières;  la disponibilité du matériel pour la réalisation de certaines tâches; les travaux supplémentaires et prix nouveaux engendrés par les problèmes géotechniques rencontrés; les marchés complémentaires nécessaires pour parachever les travaux, les indemnisations des riverains. A toutes ces préoccupations, le maître d’ouvrage a rassuré quant à la prise en compte des préoccupations sus évoquées et a formulé quelques recommandations. A l’endroit de la Mission de Contrôle et l’entreprise adjudicataire,  il a recommandé d’élaborer un retro planning qui ressort les activités et toutes les contraintes financières.

Ce document permettra ainsi au maître d’ouvrage d’agir efficacement. Concernant l’avenant rejeté par le Ministère en charge des Marchés publics, le  ministre a recommandé à l’entreprise d’élaborer un chronogramme des prestations restantes toute en mettant en lumière les coûts à mobiliser assortis des justificatifs. Pour ce qui est de l’attribution d’un marché complémentaire, conséquence d’un relief très accidenté qui engendre des travaux supplémentaires, il a été recommandé à la Mission de Contrôle d’élaborer également un retro planning et d’anticiper sur les questions relatives à la signalisation du tronçon.

A l’endroit des responsables du Ministère des Travaux publics impliqués dans le projet, de l’entreprise et de la Mission de Contrôle, le Ministre Emmanuel Nganou Djoumessi a instruit la bonne tenue du journal du chantier et du tableau de bord, instruments de pilotage du projet qui seront alimentés au quotidien pour permettre aux différents acteurs de mieux respecter leurs cahiers de charges respectifs et de livrer la route dans les nouveaux délais contractuels que l’entreprise a fixé au 31 août 2016.

S’agissant du projet routier Manki-Pont de la Mapé long de 21, 1 km et entamé en juillet 2014, l’on peut relever que le taux d’exécution des travaux s’élève à 26% au 1er mars 2016 et  que la fin des travaux est prévue pour le 30 avril 2017. Il est question d’accélérer le paiement des décomptes déjà émis pour permettre à l’entreprise de réaliser les travaux dans les délais.

Au cours de cette  visite le Ministre des Travaux Publics et toute la délégation ont passé aux peignes fins  les sites des carrières destinées à produire les agrégats, question de se rassurer de la qualité et la quantité des agrégats produits.