Eric Vincent FOMO National - Economie

routechantierBafoussam

Plusieurs entreprises s’organisent pour ne pas subir les affres des intempéries. Tout est cependant fonction du type de saison pluvieuse.

Les populations de l’itinéraire Balessing-Batcham vont certainement pousser un ouf de soulagement mardi prochain. En effet, l’entreprise en charge de l’entretien de cette route en terre, Cotram Sarl, a déjà réalisé 90% des travaux et entend recharger la petite partie restante de la chaussée en latérite d’ici mardi. Et ce, malgré le retour des pluies, depuis bientôt deux semaines dans la région de l’Ouest. Selon son directeur technique, Joseph Rebero, ce retour des pluies a plutôt été bénéfique. « Nous avions à certains endroits de la route une épaisseur de poussière de 25 cm. Vous vous imaginez que même avec cinq camions d’arrosage au quotidien, la terre n’a pas la teneur en eau requise », indique notre interlocuteur. Avant de certifier que « la petite saison de pluies qui a cours actuellement n’est pas un problème. Les travaux s’arrêtent généralement lors de la grande saison pluvieuse en août. »

A Bafoussam, les entreprises en charge de la réhabilitation de certains tronçons routiers partagent cet avis. Sur le tronçon FNE-Camp sable, en passant par l’école publique de Djeleng V, l’entreprise Equatorial Business marketing a pris ses dispositions. Chargée de réhabiliter la chaussée sur ce tronçon de 975 m en ouvrant les caniveaux, EBM a plutôt choisi de débuter depuis deux semaines par l’ouverture des caniveaux. Cela permettra, explique François Tenekeu, chef chantier, que les eaux ne stagnent pas beaucoup sur la chaussée au cas où les pluies venaient à inonder la ville. « Nous ne pensons pas connaître des perturbations dues à la pluie », indique François Tenekeu. Après la phase des caniveaux, EBM va attaquer la chaussée proprement dite avec la scarification, le broyage, l’arrosage et la remise en forme de la route. Cette phase précèdera la couche de base en graveleux latéritiques de 15 cm et surtout la pose de la couche de roulement en béton bitumineux.

Sur les tronçons Lycée classique-Gabon bar et Palais de justice-Hôpital de district de Famla, BME (Becher Maslow Earthworks Ltd), l’entreprise en charge de ces travaux qui font partie d’un même lot, affirme aussi ne pas être dérangée par les pluies. Selon son chef chantier, Yvan Gouet, cet axe est presque achevé avec le gravillonnage. Il ne reste plus que 150 m. Sur le second tronçon, Yvan Gouet indique que la couche de roulement en enrobé (bitume) qui reste à poser ne souffre d’aucune difficulté. « Ce n’est que la petite saison de pluies. Donc, nous n’aurons aucun problème à boucler ces deux chantiers d’ici la fin du mois », rassure notre interlocuteur. Pour le délégué régional des Travaux publics de l’Ouest, Jean Michel Mbella Eboumbou, « bien que la saison des pluies soit inévitable au cours d’une année, il y a des types de travaux qui peuvent être réalisés durant cette période. Il revient à l’entreprise de savoir s’organiser ».