Les technologies de l'information et des communications font tranquilement leur bout de chemin au Cameroun, avec un écosystème de développeurs d'applications et autres solutions tout feu tout flamme. Chaque jour apporte son lot de nouvelles solutions dont le but est, pour ce qui est du secteur du commerce électronique, de faciliter les transactions financières entre clients et vendeurs et dans le même temps de réduire les échanges en espèces sonnantes qui mettent souvent en danger les différents acteurs.

Et pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur les avancées et l'avenir de ces solutions qui bouleversent progressivement un peu plus les échanges commerciaux dans le monde, mais aussi en Afrique et au Cameroun qui ne sont pas en reste, se tient à l'hôtel Vallée des princes  et à l'université de Douala, du 11 au 13 mai 2016  la troisième édition du Salon International Afrikebiz, salon africain dédié au e-commerce et au paiement électronique.


Mathurin Kouguem, le Président du Salon Afrikebiz, est diplômé de l’École Supérieur des Sciences Économiques et Commerciales (ESSEC), formation à laquelle il a greffé un PMP et un Master en Monétique et Transactions Sécurisées, passionné qu'il est de longue date pour le paiement électronique.

Il nous présente dans cet échange les grandes lignes de ce rendez-vous, devenu incontournable, des professionnels de l'e-commerce et de l'e-paiement, qui verra le lancement officiel de pas moins de 7 solutions d'entreprises et au cours duquel le grand public assistant pourra notamment se familiariser avec des créations locales telles que le Cardiopad ou le jeu Aurion, l'héritage des Kori-Odan récemment lancé par  Kiro'o Games.

ENCART N° 5

ÔCameroun-NéoIndépendance : Vous en êtes à la troisième édition de l'Afrikebiz qui est devenu une institution au Cameroun. Quelles sont les nouveautés cette année ?

Mathurin Kouguem : Tout d’abord, nous vous remercions pour l’opportunité qui nous est offerte de pouvoir parler du Salon Afrikebiz. Oui, effectivement, nous sommes à la 3éme édition du salon, avec une édition qui présente plusieurs et riches originalités, parmi lesquelles nous pouvons citer :
Le déploiement du Salon respectivement sur deux (02) sites : Hôtel Vallée des Princes (pour les activités dédiées aux professionnels et visiteurs qualifiés) et l’Université de Douala (avec l’appui de son Recteur, le Pr François Xavier ETOA que nous remercions)
L’organisation d’un concours de développement d’applications Mobiles qui va connaitre la participation de 100 développeurs juniors qui challengeront dans un pavillon privé aménagé pour la circonstance pendant les 03 jours du salon;
L’organisation des B to B (très demandé par les participants de la première et deuxième édition) en vue d’offrir la possibilité à plus de 500 entreprises de nouer des partenariats;


Le lancement officiel de 07 solutions/Entreprises (pendant le salon à travers des Keynote), parmi lesquelles nous pouvons citer, la marque allemande Terra du constructeur allemand de matériels informatiques pour professionnels et grand public, la plateforme de transfert d’argent en ligne smartranfer24 et la plateforme de service de commande de restauration livrée Nyamaa.


Le déploiement d’un pavillon Applications où le grand public pourra toucher du doigt les œuvres des entreprises/solutions telles que Cardiopad, Kiro’o Games, Gohone, Afrikpay, Payway, Uba, etc.


Le déploiement d’un pavillon emploi à l’Université de Douala avec l’appui des entreprises Kerawa, Morio Consulting, Cible Rh et la Banque des PME
La confirmation de la participation des acteurs de plusieurs pays africains et étrangers (Nigeria, Gabon, Côte d’Ivoire, Sénégal, Maroc, Kenya, Allemagne, France, Etats Unis, Luxembourg et Taiwan)

ÔCameroun-NéoIndépendance :  Rappelez-nous un peu ce qu'est l'Afrikebiz.

Mathurin Kouguem :Afrikebiz est le salon africain dédié au e-commerce et au paiement électronique. C’est la plateforme africaine de rencontre et d'échanges entre les professionnels du e-commerce et du e-paiement ; le rendez-vous annuel de la formation, l'innovation, la compétitivité et de la réflexion sur les grands challenges et mutations de l'e-business en Afrique.

Les prix 2

ÔCameroun-NéoIndépendance : Pouvez-vous nous dérouler un peu le programme de cette année ? Et quels sont les principaux invités internationaux cette année ?

Mathurin Kouguem : Le programme de cette année est très dense et riches :

A l’hôtel Vallée des Princes où nous attendons 1200 participants, 2500 entreprises et plus de 12 000 visiteurs pendant les 03 jours du salon, les principales activités seront les suivantes :

25 Ateliers de formation
06 Conférences et 03 Tables rondes
07 Keynotes et 40 Talks de patrons d’entreprises
01 Pavillon Concours de développement d’application web & Mobile
01 Pavillon pour les rencontres B to B
01 Pavillon Applications (Présentant les applications technologiques africaines)
100 stands d’exposition
01 Soirée de Gala Afrikebiz Awards

A l’Université de Douala où nous attendons la participation de plus de 25 000 étudiants et de centaines d’universitaires des facultés et grandes écoles, pendant les 03 jours du salon, les principales activités seront les suivantes :

10 Ateliers de formation
03 Conférences
01 Rally de l’innovation qui permettra à 10 start-up par jour de présenter leurs solutions à la communauté universitaire
5 partages d’expérience avec des patrons d’entreprises
01 Pavillon Emploi
01 Pavillon Applications (Présentant les applications technologiques africaines)
01 Espace d’Echanges socio-professionnelles entre quelques exposants et la communauté universitaire

S’agissant des personnalités, le Salon est parrainé par Son Excellence Madame la Ministre des Postes et Communications qui ouvrira les travaux du salon. Plusieurs autres acteurs à l’exemple de Frederic FENNI (Directeur Général de la CAMPOST), de Valentin MBOZO ‘O, le Directeur Général du Groupement Interbancaire et Monétique de l’Afrique Centrale (GIMAC), ISONG UDOM (Directeur Général de UBA), Tony SMITH (CEO de Limitless Holding), Théophile ABEGA MOUSSA (CEO de MG) et plus d’une centaine d’autres patrons d’entreprises de l’univers du e-business africain participeront aux travaux du salon.


ÔCameroun-NéoIndépendance : En rentrant en arrière, quel bilan faites-vous des deux premières éditions ? Qu'est-ce que les deux premières éditions d'Afrikebiz ont apporté à l'écosystème des tics au Cameroun ?

Mathurin Kouguem : C’est avec plaisir que nous avons démarré cette belle initiative et c’est avec grand dévouement qu’on y travaillera à perpétuité. S’agissant des retombées, elles sont nombreuses :

 D’abord sur le plan de la structuration du secteur, notamment :

Avec la création de l’Association camerounaise des Professionnels du E-commerce et du E-paiement (ACPEE) qui est née de la réflexion et de la mobilisation des acteurs du secteur pendant les 2 premières éditions

Nous avons depuis la 1ére édition, lors des conférences et tables rondes parrainés le Ministre des Postes et Télécommunication, attiré l’attention des dirigeants africains en général et camerounais en particulier, sur les enjeux liés aux nombreuses opportunités de création de valeur qu’offrent le commerce et paiement électronique, et la mobilisation des autorités de plus haut rang en témoigne aujourd’hui le bon sens des réflexions menées depuis 2 ans

Le salon a permis la mise en relation rapide et facile entre les plateformes de vente en ligne, les solutions de paiement, les entreprises de logistiques ainsi que tous les autres acteurs de l’écosystème e-business africain. Et de nombreux contrats et partenariats en sont nés. Cette mise en relation a permis une réorganisation interne, bien que pas encore optimales des différents acteurs du secteur, ceci afin de s’ajuster aux besoins des autres acteurs.


Ensuite, sur le plan de la formation et de la promotion de l’innovation :

Le salon depuis 02 ans a permis la formation des masses (visiteurs du salon) sur les opportunités et avantages du commerce électronique. Les barrières psychologiques liées aux craintes de fraude, escroquerie, contrefaçon, etc., se dissipent peu à peu.

Nous avons contribuer à la formation de plus de 500 entreprises sur les métiers de e-commerce, e-paiement, communication digitale, développement d’application, sécurité numérique, etc.

Le salon tout en permettant la découverte de nombreux talents cachés (à travers des espaces de présentation offerts aux jeunes start-ups), permet de stimuler la compétitivité et le professionnalisme des acteurs du secteur, ceci via sa cérémonie Afrikebiz Awards qui récompense les meilleurs acteurs de l’exercice écoulé.

Enfin, sur le plan du rayonnement et de l’attractivité de l’Afrique :

Plusieurs fonds d’investissements, business angels, entrerpises internationales de e-commerce ont travaillé avec le salon ou recueilli les informations via le salon pour affiner leur déploiement sur le continent africain
Depuis 02 ans aussi, on assiste à l’arrivée de très nombreux fonds d’investissement et grands groupes e-commerce à l’instar de Cdiscount et Rocket Internet

 

 ÔCameroun-NéoIndépendance Toujours en partant de la première édition, que pensez-vous de l'évolution de l'e-commerce et de l'e-paiement au Cameroun depuis les 2 ou 3 dernières années ? A-t-on progressé, assez, pas assez dans ce domaine au Cameroun ?

Mathurin Kouguem :Nous pouvons affirmer avec ferme conviction que la progression dans le domaine du e-commerce est forte.

Sur le plan social, la vente ou achat en ligne n’est plus un mythe. Les petits et grands commerçants acceptent et sont d’’ailleurs chaque jour plus nombreux à créer leurs boutiques sur les markets places sur internet ou à signer des contrats de distribution avec les plateformes de vente en ligne. Les populations bien que timidement suivent aussi le pas. La montée importante d’une classe moyenne camerounaise et africaine à fort revenu est un facteur majeur amenuisant cette mystification que les africains ont eu à l’égard du commerce électronique pendant de longues années.


Sur le plan économique, on a connu ces 03 dernières années au Cameroun la création de plus de 100 entreprises e-commerce (afrishop24.com, izy2buy.com, rapid-alert.com, simhom.com, etc.) viables et à capitaux nationaux, employant au moins 4 personnes chacune. Plus d’une dizaine de solutions de paiement locales ont été lancées (monetbil, Afrikpay, Afropay, payway, Dohone, etc.), les entreprises de logistique ‘Campost, DHL, Solex, etc.) aujourd’hui ont des offres personnalisées destinées au marchés du e-commerce, les offres internet se sont améliorées en qualité et en coût. En résumé l’écosystème bien qu’à parfaire est aujourd’hui en place et la transformation sociale nécessaire pour booster l’économie numérique est en marche.

L’arrivée des multinationales et grands groupes du e-commerce tels que Cdiscount et Rocket Internet, témoigne bien de l’appetit de tous pour ce vaste marché africain qui d’après le cabinet McKinsey & Company pèsera 75 milliards $ pour 600 millions de consommateurs actifs d’ici 2025.


ÔCameroun-NéoIndépendance : Dites-nous enfin quelles sont les catégories en jeu à l'occasion des Afrikebiz Awards et quelles sont les principales start-up qui compétiront.

Cette 3éme édition des Afrikebiz Awards récompensera les meilleurs acteurs 2015 dans 14 Catégories et leurs nominés sont :

Meilleure plateforme e-commerce (Cdiscount, Jumia, Kaymu, Afrishop24 et Boogos)
Révélation e-commerce (Jovago, Afribaba, Taxis Vairified, Cardispo et Dohone)
Meilleure solution de paiement (Orange Money, MTN Mobile Money et UBA VISA Card)
Meilleure start-up d’e-paiement (Payway, Afrikpay, Monetbil, Smobilpay, Abyster et Dohone)
Meilleure innovation (Cooltchop, RapidTicket, Sticky Cash, Aconnect et Sukuloo)
Meilleure solution logistique (Campost, DHL et Solex)
Meilleure start-up (Njorku, Kiro’o Games, Giftedmum, Cardiopad et Kerawa)
Meilleure start-up de la diaspora (covoiturage.cm, afrimarket, Kashpal, Infinity Spaces et CityCar)
Meilleure application mobile (Dohone, Sukuloo, Cardispo et Taxis Vairified)
Meilleure solution d’impact social (Giftedmum, Cardiopad, Camerlangue, Hyboo, Sukuloo et Legrandprof)
Meilleure solution d’impact économique (Kiro’o Games, Kerawa et Payway)
Meilleur Entrepreneur masculin (Churchill NANJE, Olivier MADIBA, Yannick NINO, Alain NTEFF et Arthur ZANG)
Meilleur Entrepreneur féminin (Danielle AKINI, Reine ESSOBMADJE, Vaness KUNGNE ZOMMI et Olivia MUKAM)
Meilleure digitalisation (Canal +, Camrail, PMUC, Université de Douala et ECOBANK)


Le prestigieux Jury des Afrikebiz Awards est composé d’imminents acteurs de l’économie africaine, parmi lesquels on peut citer Tony SMITH (Créateur de la tablette Limitless), Valentin MBOZO’O (Directeur Général du Groupement Interbancaire et Monétique de l’Afrique Centrale), Yannick NINO (Fondateur de la plateforme de petites annonces www.kerawa.com ).


Les nominés des Afrikebiz Awards pour les 14 Catégories seront auditionnés les 29 et 30 Avril à l’Hôtel Vallée des Princes et la soirée de Gala de remise des prix se tiendra le 13 Mai dans le même Hôtel.