Dr Fondjo Etienne, secrétaire permanent du Programme national de lutte contre le paludisme.

 

031102013191344000000paluplauok

Quelle est la situation du paludisme au Cameroun aujourd’hui ?

Le paludisme reste un problème de santé publique au Cameroun. Toutefois, la maladie est en baisse. Selon les données  en notre possession,  en 2015,  6 931 113 personnes ont consulté dans nos formations sanitaires  parmi  lesquelles 1 431 000 cas de paludisme ont été enregistrés, soit une morbidité de près de 21%. Cette morbidité est en baisse comparée à  celle de l'année  2011 où elle était de 29,2%. Cette baisse est due à la mise en œuvre  des interventions à haut impact. Notamment, la gratuité du traitement préventif intermittent chez la femme enceinte, la gratuité du traitement du paludisme simple chez l' enfant  de moins de cinq ans, la réduction du coût du traitement d'un épisode  du paludisme simple dans nos formations sanitaires à moins de 300 F pour toutes les tranches d’âges au-dessus de cinq ans et la distribution gratuite des Moustiquaires imprégnées d'insecticide à  longue durée d’action (MILDA) en couverture universelle.

Où en est-on avec la campagne de distribution des moustiquaires imprégnées aux populations ?

Deux campagnes  de masse et de distribution gratuite ont été effectivement organisées au Cameroun. La première en 2011 au cours de laquelle  plus de huit millions de MILDA ont été distribuées. Et la deuxième phase depuis le deuxième semestre de l'année 2015 et qui est déjà effective dans neuf  des dix régions du Cameroun (Sud, Nord-Ouest, Sud-Ouest, Est, Adamaoua, Nord, Littoral, Ouest  et Extrême-Nord). L'enquête post-campagne 2011 réalisée par l'Institut national de la statistique a montré qu'après la première campagne, les taux de possession et d'utilisation de la  MILDA  dans les ménages au Cameroun ont augmenté significativement.

Le thème de la célébration de la Journée mondiale du paludisme cette année est «En finir définitivement avec le paludisme». Comment mettre ceci concrètement en pratique ?

Ce thème est une interpellation et  appelle à des actions ou des interventions plus diversifiées  et intégrées pour parvenir à  l’élimination de la maladie. En effet, il est question désormais de poursuivre la mise en œuvre des  interventions qui sont déjà en cours et dont les résultats sont satisfaisants  et de les compléter avec d'autres interventions spécifiques telles que la Chimio-prévention du paludisme saisonnier et la lutte anti-larvaire.