Dans le but de remédier aux problèmes qui entravent l’évolution du projet de construction l’autoroute Yaoundé-Douala, le Ministre des Travaux Publics Emmanuel Nganou Djoumessi, a présidé le 26 avril 2016, une séance de travail technique à la base vie du chantier avec les responsables de son département ministériel et les autres intervenants impliqués dans le projet, en présence du Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Travaux Publics chargé des Routes.

_DSC7358

« Construire une autoroute de qualité dans les délais impartis » telle est la raison qui justifiait la présence du Ministre des Travaux Publics à la base vie du projet de construction de l’autoroute Yaoundé-Douala. Bien que les travaux évoluent, le souhait du Maître d’Ouvrage est d’accroître la performance des acteurs qui interviennent dans la mise en œuvre du projet. Aussi, c’est à l’effet d’élaguer les difficultés liées à l’évolution de ce chantier d’envergure qu’il s’est rendu à la base vie de l’entreprise en charge des travaux, la China First Higway Engineering Compagny LTD (CFHEC). Après avoir écouté toutes les parties prenantes du projet à savoir : les autorités administratives, les élus locaux, l’entreprise adjudicataire (CFHEC), la mission de contrôle (Groupement SCET Tunie/Louis Berger), le Ministère des Marchés publics et le Labogénie, le Ministre des Travaux Publics a pu recueillir les avis des uns et des autres. Pour le titulaire du marché, le problème de libération des emprises n’est plus d’actualité depuis la signature des décrets y relatifs. Cependant, les problèmes de multi gestion et les lenteurs observées dans la réception des travaux par la Mission de contrôle doivent trouver une solution. Le représentant du chef de la Mission de Contrôle, a relevé que « le chronogramme de travail de l’entreprise ne parvient pas dans les délais et quelques fois l’entreprise semble ignorer les observations ».

 Les mêmes plaintes à l’endroit de la Mission de Contrôle se sont faites entendre du côté du Labogénie. Pour pallier cet état des choses, le Ministre des Travaux Publics a institué plateforme de dialogue entre ces trois intervenants  et a instruit à la Mission de Contrôle de travailler les jours non-ouvrables (samedi et dimanche) pour rattraper le temps perdu pendant la saison des pluies lorsque l’entreprise est sur le site des travaux. Les autorités administratives quant à elles ont réitéré la bonne volonté des populations à coopérer dans la facilitation des travaux au travers de la libération des habitations comprises dans les emprises. Le Ministère des Marchés Publics dont le rôle est de veiller à la bonne exécution des dispositions contractuelles a fait savoir que de son côté, les décomptes de l’entreprise sont suivi de près et à ce jour sur les huit décomptes sept ont été transmis et traités. Sur cette base, le Ministre a recommandé à l’entreprise non seulement de communiquer son plan de travail auquel la Mission de Contrôle devra se conformer, mais également d’organiser son travail en interne de manière à pouvoir anticiper les réceptions de la Mission de Contrôle. En outre, pour une meilleure synergie dans l’exécution des travaux le maître d’ouvrage a insisté sur l’institution d’une plateforme de dialogue entre tous les intervenants occasion pour chacun de faire savoir ses contraintes, la tenue d’une réunion avec les concessionnaires impliqués dans le projet.

A ce jour, l’avancement physique des travaux de l’autoroute est de 22% pour 37% de consommation des délais. Le montant des travaux est de 338 milliards et demi, financés par Eximbank China à 85% et l'Etat du Cameroun doit quant à lui s'acquitter de 15% de ce montant.