La réception officielle de ces moyens de mobilité, acquis dans le cadre du Programme d’appui à la recherche grâce aux financements du contrat de désendettement et de développement (C2D) a eu lieu le vendredi 22 avril 2016 au campus de l’IRAD à Nkolbisson. D’une valeur globale de 500 millions FCFA, ces véhicules apportent une réponse appropriée au souci du Ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation de densifier la fonction de transfert des résultats de la recherche vers le secteur productif national et de promouvoir la culture de l’innovation.
Grâce à cette acquisition, le MINRESI apporte une solution déterminante au problème de rapprochement entre le chercheur et le producteur et concrétise  l’engagement pris en 2013 par le MINRESI et de l’Agence française de développement, de doter le Programme d’appui à la recherche implémenté par l’Institut de recherche pour le développement agricole, de moyens de mobilité appropriés aux conditions de terrain des cinq zones agro-écologiques du Cameroun.

Irad-C2d


En remettant  les clefs des véhicules au , directeur général de l’IRAD, le ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation a circonscris  le champ de leur utilisation. « Permettre une plus grande mobilité des chercheurs et techniciens sur le terrain et une grande facilité dans le transport des plants et autres produits agricoles ». 
A l’adresse des chefs de projets, principaux bénéficiaires de ces moyens de locomotion, Dr Madeleine Tchuinté a prescrit une gestion rationnelle et responsable de ces outils de travail, dans l’optique de l’amélioration des performances et la pérennisation des acquis du projet. D’où l’engagement pris par le directeur général de l’IRAD, qui a appelé ces derniers à plus de civisme, de veiller personnellement à l’utilisation efficiente desdits moyens de locomotion.

Cinq importantes composantes


Concrètement, les dix neuf véhicules seront repartis aux coordonnateurs des dix projets finalisés de l’IRAD, à raison de deux véhicules par projet à l’exception du projet volaille qui bénéficiera d’un seul véhicule. Au nom du gouvernement, le ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation a remercié de la République, l’Agence française de développement (AFD) qui n’a ménagé aucun effort pour permettre la mise en place du fonds C2D pour accompagner le Programme d’Appui à la Recherche.


Ce programme d’une enveloppe globale de 5,4 milliards FCFA, est articulé autour de cinq importantes composantes : La composante N° 1 est axée sur l’étude sur l’économie de la recherche et l’élaboration du plan stratégique de la recherche au Cameroun. Cette étude vise à améliorer la contribution de la recherche scientifique au positionnement du Cameroun comme pays à économie émergente à l’horizon 2035. La composante N° 2 concerne les projets de recherche élaborés et proposés par l’IRAD, en collaboration avec ses partenaires nationaux et internationaux, notamment le CIRAD, les Institutions publiques et privées de formation agropoles-pastorales et halieutiques, les PMI/PME, les OPA etc. 


La composante N° 3 a trait au  fonds de recherche sur base compétitive créé pour soutenir les projets de recherche-développement des opérateurs privés, à l’effet de favoriser le développement des démarches de recherche-développement associant les opérateurs privés aux chercheurs. La composante N° 4 quant à elle se rapporte aux activités du secrétariat exécutif du C2D/PAR qui représente le Programme partout où besoin est, assure la coordination et le suivi quotidien du Programme à travers la synthèse régulière des programmes d’activités et budgets afférents, et les soumet au comité de pilotage pour validation. La composante N° 5 enfin porte sur l’expertise scientifique qu’assure le CIRAD auprès des projets de recherche financés dans le cadre du C2D/PAR, à travers des audits scientifiques et techniques.


Spécifiquement, la composante N° 2 du programme C2D/PAR bénéficie d’une enveloppe de près de 3 milliards FCFA. A ce jour, 2 milliards FCFA environ ont été mis à la disposition de l’IRAD pour exécuter des projets couvrant les spéculations suivantes : le manioc, le plantain, le riz, le sorgho, les fruits et légumes, les légumineuses à graines (haricot, soja, etc.), la pomme de terre, le cacao et le café, la volaille, la gestion de l’environnement et des agrosystèmes et écologies fragiles du Nord-Cameroun.


La remise officielle des véhicules, en présence du représentant de l’Ambassadeur de France au Cameroun et du STADE C2D a été précédé par la visite de quelques site de réalisations du programme C2D en l’occurrence les parcelles d’expérimentation du riz pluvial et du riz irrigué et les parcelles de démonstration de près de 106 variétés de manioc.