elevage-poisson-eau-douce

Les activités de production et de commercialisation des silures et tilapias ont été lancées dans la ville vendredi dernier.

C’est au total près de 1500 tonnes de poisson d’eau douce qui seront produites dans la capitale de la région du Sud. Il s’agit concrètement de deux départements, celui de la Mvila et de la Vallée du Ntem. Les activités de production et de commercialisation ont été lancées vendredi à Nkoladom, par l’unité de coordination du programme Agropoles. Au cours de cette cérémonie, l’association de producteurs de poisson de la Mvila, représenté par leur porte parole et le  coordonnateur de l’unité de coordination Agropoles ont procédé à la signature du cahier de charges et du protocole d’accord. Selon Adrian Ngo’o Bitomo, coordonnateur du programme Agropoles, cet accord n’est pas un acquis, mais plutôt une sorte d’engagement que les deux parties prennent pour concrétiser le projet.

 

Concernant la Mvila, la production actuelle s’élève à 226 tonnes de poisson. L’association qui compte 33 membres a pour objectif d’augmenter sa production à 700 tonnes. Et ce rêve ne sera possible que si les fonds sont disponibles. Ce projet est, en fait, évalué à près de 1,9 milliard de F. Les membres ont l’obligation de fournir 1,2 milliard de F tandis que le programme Agropoles contribue pour 35 % du coût du projet, soit près de 500 millions de F. « Notre contribution va permettre la construction des étangs, des stations d’élevage et la fabrique d’aliment. Il y a également l’acquisition des intrants, notamment les alevins et les aliments, le petit matériel d’aquaculture, sans oublier l’assistance technique », explique le coordonnateur.

 

Une cérémonie similaire a eu lieu un jour plus tôt dans la Vallée du Ntem avec les 35 promoteurs du projet et l’unité de coordination Agropoles. Pour ce deuxième bassin de production de poisson d’eau douce, le porte-parole du groupe, Jean Eric Evina Mba parle d’une production annuelle estimée à 201 tonnes. Avec l’aide du Programme, l’objectif des pisciculteurs est de développer l’offre jusqu’à 800 tonnes de poisson. Le coût total dudit projet est de 1,15 milliard de F. Avec une contribution des promoteurs se chiffrant à un peu plus de 800 millions de F. Et celle du programme à 350 millions de F. Pour le représentant de l’association, c’est une occasion longtemps inespérée qui se concrétise. Une aubaine que cette association qui possède près de 100 étangs compte saisir.