Les travaux de construction des lots 2 et 3 de la route Bamenda-Mamfé-Ekok ont été réceptionnés provisoirement le 10 juin 2016 à la suite d’une inspection rigoureuse. Un acte qui marque ainsi l’achèvement d’un projet important qui a permis de construire une voie entièrement bitumée entre Bamenda et Ekok (Frontière Nigéria).

20160610_120701

Entamés en Février 2010, les travaux de construction des lots 1 et 2 de la route Bamenda-Mamfé-Ekok s’étendent sur un linéaire total de 82.30 km, avec 21.30 km entre Bachuo Akagbe et Mamfé  et 61.00 km entre Mamfé et Ekok.

La première section qui va de Bachuo Akagbé jusqu’à Mamfé et longue de 21.30 km, a connu des travaux de réhabilitation et de réparation du corps de chaussée avec une couche de roulement en béton bitumineux de 5 cm et le curage des fossés. La deuxième section quant à elle, va de Mamfé à Ekok. Sur cette section, un aménagement neuf avec la construction d’un pont majeur en béton précontraint d’environ 100 m sur la rivière Munaya et la réhabilitation d’un pont à deux voies sur la Cross-River ont été réalisés. Les travaux effectués ont consisté à aménager 7 m de chaussée, avec deux accotements de 1.5 m chacun et un revêtement bicouche. La structure de chaussée construite est de 25 cm de couche de fondation en béton de sol, 20 cm de couche de base en graves concassés et 5 cm de couche de roulement en béton bitumineux et la mise en place de la signalisation.

Ces travaux réalisés par la China international Water and Electric corporation (CWE), sont financés à 49% par la Japan International Corporation Agency (JICA), à 46% par la Banque Africaine de Développement et le Fonds Africain de Développement (BAD/FAD) et par le Gouvernement camerounais à 5%. Le coût total du projet après 74 mois de travaux, s’élève à 57.476.166.727 F cfa contre 49.632.276.946 F cfa prévus au départ, à cause de la géologie et de la géotechnique spécifique à la Région du Sud-Ouest. Le Bureau d’Etudes Techniques SNC LAVALIN à qui avait été confié le contrôle des travaux, s’est démobilisé après avoir réalisé en date du 17 janvier 2016, la visite de pré-réception technique desdits travaux. La commission, au regard de cette situation et après examen des différents documents mis à sa disposition, a constaté que les mesures de déflexions relevant de la responsabilité de la mission de contrôle n’ont pas été effectuées. Pour ce faire, elle a jugé nécessaire de prendre des mesures urgentes pour la gestion de la période de garantie étant donné que la Maîtrise d’œuvre s’est démobilisée.

Au regard du fort taux de trafic observé sur cette route faisant partie du Programme de facilitation de transport sur le corridor Bamenda-Mamfé-Ekok-Enugu, la commission a proposé de saisir le Maître d’Ouvrage pour la mise en service dans les meilleurs délais, de la station de pesage déjà réceptionnée afin d’assurer la protection de la nouvelle route contre le trafic très élevé des poids lourds en provenance d’Ekok.