Le Ministre des Travaux publics a reçu le jeudi 16 juin 2016, dans le cadre d’une concertation autour des projets routiers de grande envergure, la Directrice des Opérations de la Banque Mondiale au Cameroun et une importante délégation de responsables de cette institution. Au menu des échanges, le projet de réhabilitation de la route Babadjou-Bamenda.

_DSC0757

Une mission de pré-évaluation de la Banque Mondiale a permis au Ministre des Travaux publics et aux responsables de cette institution financière, de faire le point sur les mesures en cours au sujet du projet de réhabilitation de la route Babadjou-Bamenda. La salle des réunions du cabinet du Ministre des Travaux publics a servi de cadre à cette rencontre où des aspects tels l’état d’avancement de la procédure devant conduire au recrutement de l’entreprise chargée des travaux de réhabilitation de l’axe Babadjou-Bamenda ; les questions environnementales et sociales liées au projet ; la libération des emprises avec au préalable, le recensement et l’évaluation des biens mis en cause et la gestion des compensations sociales relatives au projet. Il ressort des échanges entre la Banque Mondiale et le Ministre des Travaux publics que, l’institution financière réitère son engagement à accompagner le gouvernement camerounais dans la réhabilitation complète de cet axe important qui relie la route nationale N°6 au corridor Bamenda-Mamfé-Ekok. Pour ce qui est du projet de dossier d’appel d’offres, la Banque a émis un avis positif pour la suite de la procédure et s’est dite particulièrement satisfaite de la manière dont le Maître d’ouvrage conduit les opérations préalables au démarrage de ce projet.

Un accent particulier aura été mis sur les questions environnementales et sociales du projet qui sont au cœur des préoccupations de la Banque Mondiale. Il a à cet effet été relevé que les autorités administratives compétentes des départements de la Mezam et des Bamboutos, ont déjà commencé à recenser et à évaluer les biens mis en cause dans le cadre de ce projet. Des précisions ont été par la même occasion apportées au tableau de bord du projet, en ce qui concerne la mise à disposition du plan de gestion environnementale et sociale et la finalisation du cadre portant politique de réinstallation des riverains ou activités ; des questions importantes qui permettront de mieux adresser le financement du projet auprès des instances suprêmes de la Banque Mondiale. Autre sujet évoqué dans le cadre du projet de réhabilitation de la route Babadjou-Bamenda, l’aménagement d’infrastructures connexes qui permettront aux populations riveraines de cet axe, de bénéficier de la construction d’infrastructures socio-économiques qui impacteront directement sur le développement local des villes traversées par le projet.

Les deux parties ont en définitive convenu de mettre l’accent sur le suivi de ces mesures préalables pour que les travaux de réhabilitation de la route Babadjou-Bamenda commencent le plus tôt possible, non sans avoir évoqué le projet multimodal qui comporte la réhabilitation de l’axe Maroua-Dabanga-Mora.

 

(MINTP)