1602134_501025606682832_1618318808_o

En dix ans, l’activité est quittée de la quasi-faillite à la prospérité. Ceci, grâce à des services innovants comme l’e-Post, la fibre optique, le Vsat, et des solutions adaptées aux entreprises.

La montée en puissance des Technologies de l’information et de la communication a été un coup dur pour les entreprises postales. Grâce à l’outil Internet, aux e-mails, et dans une certaine mesure les  transferts d’argent, les particuliers et les entreprises se sont rapidement progressivement détournés de la Poste, pour se fier à ces nouvelles technologies plus rapides,  et plus fiables. Pour retrouver sa place dans le marché des courriers, les entreprises postales africaines n’ont eu d’autre choix que de s’ouvrir à l’informatique.

Au Cameroun, à la faveur des Lois N°2003/001 du 21 avril 2003 instituant le  service minimum dans le secteur postal et N°2006/019 du 29 décembre 2006 régissant l’activité postale au Cameroun, le gouvernement s’est donné les moyens juridiques propices au  développement de ce secteur. A la Campost, l’opérateur postal public camerounais, né en avril 2004 de la fusion de la Sonaposte (Société nationale des postes) et de la Caisse d'Epargne Postale (CEP), l’ouverture vers les TIC a conduit à la création de services  innovants. Le plus révolutionnaire étant l’infrastructure e-Post, une sorte de « Big Data Center » qui permet d’interconnecter par fibre optique et Vsat 234 bureaux de poste (124 par fibre optique et 110 par satellite).

 

La nouvelle Poste

 

13775385_596294453866094_6288393723209367328_n (2)

La métamorphose de la Poste, en Poste numérique, a ouvert le champ à une ribambelle de services innovants. On n’y va plus pour acheter des timbres, pour y envoyer (ou recevoir) des lettres et documents, ou pour envoyer des mandats. On y va désormais pour obtenir une dizaine  de services. Le courrier hybride, l’archivage électronique, le timbre électronique, ou encore la vidéoconférence. Le numérique a également permis à la Campost de lancer la Citypost, un service de courrier express, à la demande qui permet de collecter des documents et des objets sur simple appel téléphonique et la livraison est immédiate à l’intérieur de la ville. Avec comme autre avantage de permettre aux clients de Yaoundé et  de Douala de pouvoir effectuer leur  livraison en trois heures et d’être notifiés par Sms.

On peut solliciter la Campost pour obtenir un service de téléphonie IP, une solution de téléphonie par internet clé en main, avec un seul opérateur, une  maintenance, un support, et une seule facture fixe quelle que soit la consommation à l’intérieur du réseau VOIP. Autre avantage du numérique, la fourniture d’un service Intranet, qui permet une Interconnexion des sites client, en rapprochant le siège des entreprises de ses démembrements, ou tout simplement en connectant les entreprises au réseau de télécommunications privés de la Campost pour leur permettre de bénéficier de tous ses avantages.

 

Premiers signes de croissance

 

Depuis le 11 juillet dernier 2016 (et jusqu’au 25 juillet), Yaoundé est le quartier général de la Poste africaine. Ici, les membres de l’Union panafricaine des Postes (Upap) réunis dans le cadre de la 9e session ordinaire  de la Conférence des plénipotentiaires de l’Upap ont déposé leurs valises. Objectif : réfléchir sur l’avenir de la Poste, dans un contexte fortement concurrentiel, mais aussi d’évaluer les résultats des réformes engagées au sein des entreprises postales africaines. Des informations tirées de ce grand Sommet panafricain, on apprend  que l’ouverture  aux Tic et aux outils Internet permet à la Poste d’enregistrer une  croissance à deux chiffres. Pour Hamadou Ngam, représentant du Directeur général de l’Union postale universelle, « Jusqu’au premier trimestre 2016, les récentes statistiques ont montré qu’il y  a une croissance forte, de 12%». D’après l’expert, «Ce qu’il y a de commun entre les pays africains c’est la naissance du secteur des Petites et moyennes entreprises sur lesquelles le commerce électronique peut se baser pour prendre  son envol. Notamment avec les petits paquets, les colis, les envois en type Ems et les catégories de courriers qui sont dans la quotidienneté de nos clients».

Mais ce retour de vitalité ne devrait pas occulter les tares qui ont jadis conduit la Poste dans le  fossé. A savoir la qualité de service, et la prise en compte du caractère désormais compétitif du marché. Le camerounais Younouss Djibrine, actuel Secrétaire général del’Upap, en course pour un second mandat au sein de cette institution a fait de ce facteur son cheval de bataille.

Frégist Bertrand Tchouta