dgretraites

Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame a reçu ce vendredi après-midi, une dizaine de représentants des associations de retraités venus échanger avec le patron de la CNPS, sur des sujets relatifs à un meilleur accueil et un meilleur traitement des « vieux » dans les structures de la CNPS à travers le pays.

La rencontre s’est voulue conviviale, parce que tenue dans une atmosphère de parfaite entente familiale entre un fils et ses parents venus des quatre coins pays. La CNPS avait tenu à les inviter au premier forum international sur la retraite dans la zone CIPRES organisé à Yaoundé, du 27 au 29 juillet 2016. Les travaux terminés, la rencontre de ce vendredi après-midi dans le cabinet du directeur général était donc un au revoir. En tout cas, elle apparait comme le dernier acte de la grand-messe de Yaoundé sur la retraite.

En fait, il était inimaginable, connaissant sa détermination et son engagement pour un service de qualité aux pensionnés ; il était impensable qu’au terme du forum sur la retraite, le DG de la CNPS ne rencontre pas les représentants des « vrais patrons » de la CNPS que sont les retraités. Jadis régulières, au moment où, justement, la CNPS envisageait avec la participation des retraités eux-mêmes, des réformes qui allaient aboutir à l’amélioration de la qualité du service à eux offert, ce genre de rencontres étaient devenues rares. Le directeur général, qui s’est dit « très heureux » de retrouver ces aînés, a expliqué que « la plupart des réformes ayant abouti, j’ai passé le relai aux chefs de centre et aux directeurs régionaux. J’ai donné des instructions pour qu’ils vous rencontrent très régulièrement au moins une fois par trimestre ». Et d’ajouter : « Si un chef de centre ou un directeur régional ne vous reçoit pas, prévenez-moi ».

Prenant tour à tour la parole, les représentants des associations de retraités ont relevé devant le DG, leurs problèmes. Joseph Bayoy de Douala, s’est préoccupé du niveau des pensions servies, et a souhaité que dans le train des réformes en cours, soit évoquée la question du relèvement des pensions. « Les pensions sont toujours petites, nous vous prions de ne pas nous oublier », a-t-il conclu.

Pour Babila Walson de Bamenda dans le Nord-Ouest et Haman Saliou de Guider dans le Nord Cameroun, le problème, c’est celui des banques qui prélèvent taxes et autres assurances aux petites pensions virées. Allant dans le même sens, Jean Léonard Njiahouo de Foumban dans le Noun, a relevé que « certaines banques appliquent aux retraités, des taux de prélèvements identiques aux personnes encore en fonction », alors que pour David Aimé Ntonga du Centre, « certaines banques accordent des crédits scolaires aux retraités, d’autres non, au motif que nous sommes vieux, et que demain, nous allons mourir, il n’y aura personne pour payer ». Benoît Nloga de Bertoua, à l’Est du pays lui, a sollicité l’intervention de la CNPS pour l’exonération de ces taxes et autres retenues sur pensions opérées par des banques et certains établissements de microfinances, alors que Jean-Paul Kitikil du Diamaré, dans l’Extrême-Nord, est préoccupé par la prise en charge de certains pensionnés malades, des diabétiques par exemple…

Le directeur général a apporté des réponses à chacune de ces préoccupations. Pour ce qui est des retenues…indues opérées par les banques, Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame a indiqué à ses hôtes que « le ministre des Finances ayant annoncé la suppression des taxes relatives à la gestion des comptes,  la CNPS a déjà écrit aux banques pour qu’elles arrêtent de prélever les frais de tenue de comptes ». Il a poursuivi en révélant à ses visiteurs que « nous avons fermé nos comptes dans deux microfinances lorsque nous nous sommes rendus compte qu’elles volaient les pensionnés par des retenues illégales ».

Pour ce qui est de l’augmentation des pensions, le DG a promis aux représentants des associations des retraités qu’ils vont certainement être associés à la réflexion d’ici la fin de l’année. Mais, a-t-il prévenu : « Pour décider de l’augmentation de vos pensions, nous devons d’abord nous assurer que nous avons suffisamment de l’argent pour payer à vie ». En attendant, le patron de la CNPS a décidé d’une aide de 100.000 francs CFA par an, par association de retraités et par région, pour les soutenir dans leur fonctionnement. Une annonce qui a soulevé un tonnerre d’applaudissements des représentants des associations des retraités ; des regroupements qui connaissent des difficultés financières du fait de l’irrégularité des cotisations, depuis que leurs membres perçoivent leurs pensions par virements bancaires. Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame leur a conseillé de mieux s’organiser, parce que l’argent que ces associations vont recevoir est public. « Vous savez que l’argent public doit aller à des endroits précis. Quand on va vous envoyer de l’aide, il faudra qu’elle aille aux associations ».

dgretraites

Autre annonce du DG, survenue après les vifs remerciements du président de l’association des retraités du Noun, pour l’ouverture du nouveau centre de prévoyance sociale de Foumban, la mise à disposition des retraités, des espaces de travail dans les centres de prévoyance sociale. « Si vous avez besoin de travailler, vous pouvez avoir des espaces de travail chez nous, dans nos centres. Vous êtes chez vous ».

Visiblement satisfaits, les présidents des associations des retraités, par la voix de leur représentant, ont remercié du fond du cœur, le directeur général de la CNPS. D’abord pour l’invitation au forum international de Yaoundé sur la retraite, ensuite, pour la qualité de l’accueil et l’audience à eux accordée, en dépit de son calendrier chargé. « Merci pour toutes les promesses faites ici. Nous vous encourageons, nous vous félicitons », a conclu dans un anglais parfait, Lafon Kongnso Denis de Limbe dans le Sud-ouest.

Dans sa réponse délivrée dans la même langue de Shakespeare qu’il maîtrise aussi bien que la langue de Molière, le directeur général de la CNPS a réitéré à ses hôtes, sa joie pour ces retrouvailles. « Nous allons renforcer cette collaboration », a dit Noël Alain Olivier Mekulu Mvondo Akame qui a poursuivi : « J’ai dit à mes collaborateurs que vous êtes nos véritables patrons. Nous sommes payés parce que vous êtes-là. Nous sommes obligés de prendre toutes les mesures, de faire tous les efforts pour vous satisfaire. C’est la raison pour laquelle, une fois que je suis informé qu’un responsable ne vous a pas réservé un service de qualité, je le relève immédiatement de ses fonctions ».

Enfin, il a souhaité à chacun, bon retour dans sa ville, dans sa famille.