324



Ces fonds permettront de booster la production agricole afin de résoudre le problème d’insuffisance alimentaire.


Bertoua.info, par Ange-Gabriel OLINGA B.

C’est 14 chèques d’une valeur de 69 millions de francs Cfa qui ont été remis lundi 1er août 2016, aux groupements de producteurs du département du Lom-et-Djerem à l’Est dont les projets ont été validés lors des travaux de la première session de la Commission départementale de sélection des projets (Cdsp) tenue au mois du juin 2016. Les montants accordés à ces producteurs agropastoraux oscillent entre 500 mille et 6 millions de francs Cfa pour ce qui est des projets des Groupements de producteurs (Gp) et de 5 à 30 millions de francs Cfa pour ce qui est des projets des Organisations professionnelles agropastorales (Opa). 
L’évènement couplé à la signature des conventions de cofinancement des projets des bénéficiaires était présidé par Dr Moumini Bouba, coordonnateur national du programme d’Amélioration de la compétitivité des exploitations familiales agropastorales (Acefa) en présence des délégués régionaux du Minader et du Minepia de l’Est. Il s’agit ainsi de la deuxième vague de financement qui intervient dans la région, pour le compte de la deuxième phase du programme après le département du Haut-Nyong qui a bénéficié des financements depuis 2015. Pour M.Nek, délégué régional de l’agriculture et du développement rural, « ce déploiement du dispositif de financement concerne l’ensemble des départements couvert par le dispositif d’appui-conseil dont les groupements ont présenté un projet de groupe explicite et pertinent ». L’appui aux projets se fait sous forme de subvention devant permettre aux producteurs de prendre une position significative dans les filières de productions agropastorales et halieutiques. Ce financement vise le développement et la modernisation de l’appareil de production, ainsi que le renforcement des infrastructures agricoles. L’octroi des chèques aux producteurs agropastoraux, passe préalablement par la signature d’une convention entre les différentes organisations de producteurs bénéficiaires et le Programme Acefa. Dans ces conventions, les producteurs prennent acte des différentes dispositions liées à l’exécution de leurs projets et ce, conformément aux procédures du Programme. Bien plus, les organisations des producteurs qui en bénéficient sont suivies dans le cadre d’un appui-conseil fourni par Acefa pour au moins une année.

 

Crise alimentaire

En rappel, le programme Acefa placé sous la maîtrise d’ouvrage conjointe du Minader et du Minepia est né en 2008 sous l’impulsion du gouvernement camerounais alors préoccupé par la raréfaction et la hausse des denrées alimentaires de base sur le marché. Son but est d’intensifier les systèmes de production, les mesures d’accompagnements ainsi que la modernisation des unités de production à travers l’appui-conseil et le financement des investissements productifs des organisations des producteurs. Il est financé dans le cadre  du Contrat de désendettement et de développement (C2d) signé il y a 10 entre le Cameroun et la France. Dans le secteur rural en termes de bilan à mi-parcours, près de 2500 projets de groupement des producteurs ont déjà été financés, 10 régions bénéficient des cycles de formations professionnelles agropastorale, plus de 300 jeunes ont été formés aux métiers agropastoraux et 1081 insérés dans la profession agropastorale. S’agissant de cette deuxième phase du Programme, une enveloppe globale de 23 milliards est prévue pour financer environ 5200 projets dans l’ensemble du pays.



Source : BERTOUA.INFO