325

La Koica Alumni Association Cameroon (Kaac) vient d’imprégner les populations de l’arrondissement de Diang des techniques agricoles de développement.

Bertoua.info, par Ange-Gabriel OLINGA B.

C’est à l’école primaire publique de Zocklingang, village situé à 43km de Bertoua dans l’arrondissement de Diang que s’est tenu jeudi 28 juillet 2016, le séminaire de formation sur le leadership et le développement communautaire basé sur l’expérience coréenne. Cette activité organisée par l’association des anciens bénéficiaires des programmes et bourses Koica, avait pour but de partager les réalisations et les expériences acquises par les camerounais ayant participé à différentes formations dans le domaine du leadership et du développement communautaire en Corée du Sud. « Au cours de ce symposium, il a été question de montrer le rôle du développement communautaire dans le développement de la Corée ; d’inculquer l’esprit « Can Do » (je peux le faire) aux populations de Zocklingang et ses environs ; de leur présenter quelques grands villages model au Cameroun appliquant le modèle coréen et d’encourager ces leaders ruraux à améliorer les conditions de vies de leurs communautés et villages »a expliqué Amina Abdul Nquenya, présidente de la Kaac. La cérémonie présidée par Pierre Nolasque Sengue, le Sous-préfet de Diang, comprenait trois articulations. La phase officielle des discours couplée à la remise d’un important don de matériels agricole au comité de développement local, la visite du champ communautaire de Zocklingang et la session de formation des leaders communautaires proprement dite. A l’issu de celle-ci, les populations devront se mobiliser et orienter leurs efforts vers un seul objectif : faire « décoller » l’arrondissement de Diang comme l’a fait la Corée du Sud, il y a une trentaine d’années.

 

Adhésion massive

 

Ce nouveau dragon asiatique apprend-on, a réussi l’exploit de se développer de façon extraordinaire, voire miraculeuse en une cinquantaine d’années. Pourtant, au début de son histoire post deuxième guerre mondiale, rien ne semblait le vouer à un tel destin. Mais, c’était sans compter la volonté et la détermination de ses dirigeants. Pour le sortir du joug de la misère l’histoire révèle que les dirigeants de ce pays ont mis en place une stratégie originale de développement communautaire et créé un mouvement dénommé « Saemaul Undong » afin de susciter et impulser, à partir du monde rural la dynamique de développement de la Corée du Sud. En quelques années, ce pays est devenu une puissance industrielle respectable qui étend  son influence dans le monde. Elle bat tous les records en termes d’innovation et de croissance au point de se hisser aujourd’hui au rang de 9e puissance économique du monde et de faire partie du club très restreint des pays membres de l’Organisation pour la coopération et le développement économique (Ocde).

 

Savoir-faire

 

Si l’un des facteurs de développement rapide de la Corée du Sud a été l’adhésion massive des populations aux projets de développement, dans l’arrondissement de Diang, «il faut opérer une réforme mentale des populations villageoises, en promouvant le culte de l’effort, l’esprit d’autonomie, de solidarité et de coopération », indique Jean François Zock, un habitant de Zocklingang qui a apprécié l’initiative de la Kaac. En rappel, cette association créée en 2009  regroupe environ 400 camerounais des secteurs publics et privés ayant bénéficié des programmes de bourses de formation offertes par l’Agence coréenne de développement internationale (Koica). Son objectif principal est de jouer un rôle important dans le processus de développement en mettant à contribution les savoir-faire et diverses connaissances que ses membres ont acquis en Corée du Sud. 



Source : BERTOUA.INFO