La réception provisoire de cet ouvrage est programmée pour le mois de novembre 2016.

t mekoulou

 

Picture : Télesphore Mekoulou 

 


Bertoua.info/Ange-Gabriel OLINGA B.


L’évolution du chantier est visible. Le barrage a pris de la hauteur, tant sur les digues latérales en remblai, qu’au niveau de l’ouvrage central en béton. La côte finale n’est plus loin. D’ailleurs, les travaux en crête de la route d’accès devant traverser le barrage d’une extrémité à l’autre sont en cours. Sur les différentes sections de l’ouvrage central, (murs de soutènement, dérivation provisoire, prises usinière, ouvrages de restitution et évacuateurs de crues, les échafaudages, le coffrage, le ferraillage et le bétonnage) ne connaissent pas de répit. Les travaux de génie civil sont impressionnants. La grue à tour fixe qui surplombe l’ouvrage central continue les manœuvres opérationnelles. Au rythme d’avancement des travaux à près de 96%, il n’y a plus de doute que le délai du mois de novembre 2016 sera respecté. Les travaux se poursuivent sereinement, dans une atmosphère de sécurité dénuée de toute inquiétude. Ici, le processus qui mène au remplissage du barrage à 6 milliards de m3 d’eau a été enclenché le 10 mars 2015, date de la fermeture des vannes de restitution. « Aujourd’hui, le volume d’eau déjà stocké dans la retenue est de 2 milliards 100 mille m3. Ce qui correspond à un plan d’eau de plus de 250 km2 de surface entre le Lom et le Pangar. Cet espace sera de 540 km2 lorsque le volume d’eau atteindra 6 milliards de m3 », atteste Roger Taakam, spécialiste en communication du projet Lom-Pangar. Visiblement, les travaux sont achevés sur l’ensemble des ouvrages qui permettent le stockage, la restitution des eaux du barrage et la régulation du dédit du fleuve Sanaga. Cela signifie que les aspects techniques, environnementaux et sécuritaires sont totalement maîtrisés. S’agissant de la variable météorologique, elle dépend des données pluviométriques de la zone. « Mais pas d’inquiétude, les relevés météos de ces dernières semaines permettent de projeter que le réservoir de Lom-Pangar pourra faire le plein de 6 milliards de m3 entre fin octobre et fin novembre 2016 » rassure le spécialiste en communication de Electricity Development Corporation (Edc).

Sécurité du barrage

Le travail d’enlèvement des corps flottants qui est presque terminé s’effectue de manière concertée entre les éléments de la Marine nationale et les équipes de l’entrepreneur chinois, Cwe, sous la coordination du maître d’ouvrage Edc. Yvonne Ngo Libock, chef service milieu naturel au sein de la sous-direction environnement et communication de Edc supervise cette activité sur le terrain. « En état de veille permanente, les soldats de la Marine nationale sillonnent et surveillent le plan d’eau » rassure-t-elle. Cette prospection permet de repérer les corps flottants susceptibles de se diriger vers le barrage. Ils sont interceptés, amarrés et tirés vers les berges du fleuve. Un travail herculéen en somme qui contribue à garantir la sécurité du barrage tout en préservant la qualité de l’eau de la retenue. Bien plus, Edc s’attelle à régénérer les espaces naturels là où travaux et déchets les auront endommagés afin de compenser l’impact environnemental. Au-delà de la récupération du bois de la retenue explique Yvonne Ngo Libock, « nous procédons également au sauvetage des animaux coincés par des eaux dans les 27 îlots que nous avons recensé et nous les emmenons au Parc national de Deng-Deng, en collaboration avec le Ministère des forêts et de la faune ».

Usine de pied

C’est la composante 2 du projet, à savoir la construction d’une usine de 30 mégawatts au pied du barrage pour alimenter la région de l’Est, et d’une ligne haute tension de 90 kilovolts Lom Pangar-Bertoua (120 kilomètres). De ce côté également, des avancées significatives sont enregistrées avec la publication des résultats des appels d’offres relatifs à la construction de cette usine et de la ligne de transport. Et c’est l’entreprise chinoise CHINA CAMC Engineering Co Limited qui a été retenue pour la conception, le montage, la fourniture et la mise en service de l’usine de pied de Lom-Pangar pour un prix final évalué à 30 milliards de francs Cfa. Sur le terrain, la fondation de cette usine est déjà visible.

 

 

 


Source : BERTOUA.INFO