Félicité BAHANE N. | 24-10-2016 08:39

 

xx1903_voie_contournement_matomb

Le ministre des Travaux publics était de nouveau à Matomb hier, où les ingénieurs œuvraient à l’élargissement de la voie.

Il était 12h 55, samedi dernier, lorsque la circulation a été rétablie sur la nationale N°3. Le ministre des Travaux publics (MINTP) et ses ingénieurs avouent eux-mêmes que cette promptitude relève d’un exploit, à saluer à sa juste valeur. Mais il va falloir faire plus. D’où la nouvelle descente d’Emmanuel Nganou Djoumessi et ses collaborateurs sur le terrain, hier dimanche. « Il est question d’apprécier le comportement de l’ouvrage provisoire qui a été rapidement aménagé pour permettre la circulation entre les deux importantes métropoles. Et indiquer les mesures complémentaires qu’il faut déjà entreprendre pour maintenir la circulation quand les travaux définitifs vont s’amorcer », a expliqué le ministre.


Sur le lieu de l’effondrement, la délégation du MINTP a retrouvé un chantier en pleine activité, de soudure notamment. L’on apprend que ce déploiement vise à élargir l’ouvrage, de sorte que la circulation se fasse dans les deux sens. Aussi, « allons-nous créer une dérivation juste à côté, où sera redirigée la circulation le temps de reconstruire un ouvrage définitif sur le lieu de l’effondrement », précise Guy Ondoa, délégué régional du MINTP pour le Centre. Après avoir fait le tour de l’édifice en cours de consolidation, Emmanuel Nganou Djoumessi a donné des instructions visant à accélérer les travaux et fluidifier davantage la circulation.


La délégation ministérielle est allée par la suite apprécier une voie de contournement identifiée dans la localité, « question de disposer d’un itinéraire complémentaire qui sera utile en cas de souci sur l’axe principal », selon le ministre. Cette voie de contournement partira donc du carrefour Matomb vers la ville du même nom, pour ressortir sur la nationale N°3 au lieu-dit Ngoung, en passant par Matomb-village et Nkogbéa. Il s’agit d’un tracé de 18,2 km, bitumé sur un peu plus d’un kilomètre seulement. Les travaux d’aménagement devront débuter dans les cinq jours maximum, selon les instructions du MINTP données à l’entreprise chinoise CFHEC, désignée pour ce chantier. Les travaux à faire vont consister à « faire des remblais et créer une chaussée avec un niveau de service confortable », a indiqué le délégué régional du MINTP.