Le Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, Louis Paul MOTAZE a présidé ce vendredi 21 octobre 2016 dans son Cabinet, une concertation interministérielle consacrée au suivi du projet d’édification d’un complexe économique et touristique à Yoyo, dans le département de la Sanaga maritime, région du Littoral. Y ont pris part, les représentants des administrations concernées, le Ministre des domaines, du cadastre et des affaires foncières, et celui de l’environnement et de la protection de la nature.

8376aace7af18ea8cafa499d7e69a6ec_L

Cette rencontre visait la relance de ce projet structurant conformément aux directives du Premier ministre issues du protocole d’accord conclu en mai dernier avec le consortium SEABORD RESORTS Corporation.

   Dans cet accord, les parties prenantes arrêtent certaines actions préalables à l’exécution de ce projet futuriste. Il revient au consortium, la réalisation des études de faisabilité assorties des études d’impact environnemental ; à l’Etat, la conduite des travaux de viabilisation et de sécurisation du site retenu.

  Cette concertation interministérielle a donc permis aux participants de faire le point des différentes diligences demandées aux administrations publiques impliquées. En l’état actuel, l’on enregistre plusieurs avancées, notamment la libération de 10 000 hectares de terrain avec un décret d’indemnisation et un titre foncier appartenant à l’Etat, la conduite des études topographiques et des études d’impact environnemental pour le respect « des sauvegardes environnementales », des concertations avec les compagnies de téléphonie mobile… Ces résultats ont été salués par le Ministre Louis Paul MOTAZE. Cependant, le MINEPAT aimerait voir les « choses » s’accélérer davantage, c’est pour cette raison qu’il a recommandé aux parties prenantes de mettre les bouchés doubles.

  La décision de construire un complexe comportant diverses infrastructures de tourisme et de loisir sur la zone côtière et balnéaire dans l’embouchure du fleuve Sanaga, s’inscrit dans le cadre des objectifs fixés par le DSCE. Pour Louis Paul MOTAZE, ce projet partie des infrastructures structurantes de deuxième génération. C’est donc « un projet capital pour l’économie du pays », surtout qu’il sera essentiellement porté par le secteur privé. L’idée étant de maintenir notre dynamique de croissance économique enclenchée depuis 2010.