Economie

Michèle FOGANG | 22-11-2016 08:28

 

Capture

L’Institut de formation et de recherche démographique, pour l’année 2016-2017, entend introduire les TIC dans ses programmes et former au recensement de la population.

Nouvelle année académique, nouveaux défis pour l’Institut de formation et de recherche démographique (IFORD). Pour la période 2016-2017, l’institution qui accueille 28 élèves entre autres, des Camerounais, des Togolais, des Malgaches et des Tchadiens, entend réadapter ses programmes aux questions de populations qui ont cours dans le monde. « Nous allons mettre un accent sur les objectifs de développement durable (ODD) et les dividendes démographiques, essentiels dans la planification du développement de nos pays. Nous allons former nos étudiants dans ces deux paradigmes pour qu’ils puissent être aptes à répondre à la demande », a déclaré le Pr. Evina Akam, directeur exécutif de l’IFORD. L’école envisage également d’introduire les TIC dans la collecte de l’information. « Nous sommes dans la série du recensement 2020 qui a débuté avec le Cameroun et le Mali. De ce fait, on va utiliser les tablettes pour la collecte de l’information », a-t-il ajouté. 


La 36e promotion de l’IFORD est arrivée en fin de formation. La 38e cuvée marque son entrée. Pour l’y accueillir, l’institution sous-régionale a organisé une cérémonie riche en animation, présidée par le recteur de l’Université de Yaoundé II-Soa (UYII), Ibrahima Adamou, mercredi dernier sur le campus de Ngoa-Ekelle à Yaoundé. Occasion pour les anciens apprenants dont 54 étudiants issus de 11 pays d’Afrique, d’exprimer leur gratitude pour les enseignements et l’encadrement reçus. « Nos voyages d’études à Bafia et Ngaoundéré dans le cadre de la Journée mondiale de la population 2016, nous a permis d’acquérir de nouvelles connaissances », a relevé Demba Diallo, doyen de la 36e promotion.