Politique

Azize Mbohou | 02-12-2016 10:58

 

minac

Avec un budget de 3,813 milliards de F, le ministère veut promouvoir une véritable industrie culturelle en 2017.

Le plan d’action 2017 du ministère des Arts et de la Culture (MINAC) prévoit, entre autres, l’activation des 58 délégations départementales. Par ailleurs, il est prévu la mise en place d’un complexe culturel ultramoderne de 1200 places à Yaoundé. Ces projets et bien d’autres ont été présentés devant la commission des Finances et du Budget  de l’Assemblée nationale mardi, par le Pr Narcisse Mouelle Kombi, ministre des Arts et de la Culture. L’enveloppe budgétaire sollicitée par ce département ministériel pour l’exercice 2017  est de 3,813 milliards de F.


Dans cette perspective, le MINAC veut asseoir un projet de performance à travers l’optimisation du fonctionnement de l’Ensemble national, par exemple.  Ainsi, cette structure devrait être dotée de batteries modernes et traditionnelles. De plus, il est également prévu la confection des tenues de scènes pour les trois composantes de la structure que sont, le Ballet national, l’Orchestre national et le Théâtre national. Ceci devrait permettre la poursuite des animations culturelles et de l’inventaire général du patrimoine culturel. Aussi, le MINAC vise-t-il l’extension du bâtiment devant abriter ses services centraux, la poursuite du projet de construction de l’Institut national des arts et de la culture, etc. Dans le cadre des échanges d’expériences en matière cinématographique avec le Ghana, le Nigeria, l’Angola et les pays du Maghreb, des missions d’expertise sont également prévues.

« Nous allons développer des industries culturelles »

Pr. Narcisse Mouelle Kombi, ministre des Arts et de la Culture.

« Nous avons présenté les actions et missions essentielles assignées à notre ministère en matière de sauvegarde et de préservation du patrimoine culturel, du développement de la création et de l’art camerounais. De même, allons-nous mettre en évidence le développement des industries culturelles. Nous allons mettre l’accent sur la densification du maillage administratif du ministère, afin d’être près des structures qui sont les gardiennes de notre patrimoine et héritage culturels ».