Alain MAZDA | 19-01-2017 11:14

 

vita

Les grands conseillers de la communauté urbaine de Ngaoundéré ont été briefés sur ce don du chef de l’Etat à la région de l’Adamaoua à l’occasion du vote de budget 2017.

1.682.245.817 F CFA. C’est l’enveloppe adopté par les grands conseillers de la communauté urbaine de Ngaoundéré le 15 décembre dernier. Elle connaît une hausse d’une dizaine de millions par rapport à l’année précédente qui devra servir à poursuivre les chantiers entamés dans la ville. De même qu’à améliorer les conditions de vie des populations de la capitale de la région de l’Adamaoua. En effet, outre l’adoption du budget pour l’année 2017, deux articulations fortes ont retenu l’attention des grands conseillers dont les maires des trois communes d’arrondissement de Ngaoundéré qui prenaient part à la session ordinaire. Il s’agit du parcours Vita et du gymnase multisports au Bois de Mardok. Il est 13 heures, lorsque Hamadou Dawa, délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Ngaoundéré, Serge Abouem, président de la Fécavolley posaient la première pierre du gymnase multisports du Bois de Mardok à Ngaoundéré. Fruit de la coopération entre la Fédération camerounaise de volleyball et la communauté urbaine, cette infrastructure vient ajouter une plus-value au lieu de loisirs et de détente qu’aménage la communauté urbaine de Ngaoundéré à la sortie de la ville sur la nationale n°1, allant à Meiganga.
Deux jours plus tôt, à l’occasion de l’adoption du budget pour 2017, Hamadou Dawa et Justin Mvondo, le préfet du département de la Vina annoncent l’imminence des travaux du parcours Vita de Ngaoundéré. « C’est un don du chef de l’Etat à la région de l’Adamaoua, il va étoffer l’offre en infrastructures sportives nécessaires à toute activité humaine » déclarait le préfet à l’issue de la session. Pour le délégué du gouvernement, « la communauté urbaine a déjà procédé au levé de l’espace qui va servir à ce don du chef de l’Etat qui vient à point nommé ».On apprendra dans la foulée au service technique de la communauté urbaine que 18 hectares sur les 23 promises par la communauté urbaine ont été rendus disponibles. « Le tracé ira de la caserne des sapeurs-pompiers jusqu’aux encablures du lycée de Bamyanga avec une belle vue sur le mont Ngaoundéré », nous a relevé Gabriel Amougou, directeur technique à la communauté urbaine de Ngaoundéré.