Le regroupement des neuf communes de ce département de la région du Centre a remporté le premier prix au cours d’une soirée de gala présidée par Le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, le 11 novembre 2016 à Yaoundé.

syndicat_communes_Mbam_et_Inoubou

L’on ne s’y attendait pas. Le président du jury international, Adama MOUSSA, par ailleurs représentant résident d’ONU-Femmes, a fait durer le suspense avant de proclamer les résultats. Et c’est le Syndicat des Communes du Mbam-et-Inoubou (SYCOMI), constitué des municipalités de Bafia, de Bokito, de Deuk, de Kikii, de Kon-Yambetta, de Makenéné, de Ndikinimeki, de Nitoukou et d’Ombessa qui est remporte la palme d’or de la 2e édition du Prix National FEICOM des meilleures pratiques communales de développement local. Cette excellence communale a été remportée dans le domaine de la Gouvernance intercommunale du service public de l’eau et de l’assainissement de base en milieu rural.

Le deuxième prix a été décerné à la commune de Dschang dans le domaine de la création et la gestion participative d’une agence municipale de l’eau et de l’énergie.

La commune de Ngoulemakong se hisse en 3e position avec son initiative relative à la fête régionale du manioc : un exemple de promotion de l’économie locale. Le président du jury a précisé que le processus global de désignation s’est déroulé en trois étapes à savoir, le dépouillement, l’évaluation documentaire des soumissions et la vérification de leur éligibilité.

 


Les prix spéciaux régionaux


En plus de ces trois premiers lauréats, 10 prix spéciaux régionaux ont été décernés à 10 communes.

Il s’agit du prix spécial Adamaoua remporté par la commune de Mayo-Baléo avec pour initiative le complexe marchand de cette commune : une infrastructure moderne pour le développement intégré de la sous-région.

 Le prix spécial de la région du Centre a été attribué à la commune de Yaoundé 1er pour son initiative  : le budget participatif comme outil de gestion communale et de participation citoyenne.

 

 

 

 

 Le prix spécial de la région de l’Est est  allé à la collectivité de Ketté avec l’initiative de la gestion des espaces et conflits pastoraux.

 

La municipalité de Guéré a remporté le prix spécial de l’Extrême-Nord avec le projet d’adduction en eau potable de Guibi.

 

 Nkongsamba 1er a reçu le prix spécial de la région du Littoral avec l’initiative du budget participatif et la participation citoyenne pour une meilleure délivrance des services publics locaux, cas de la réalisation du pont d’Enioki.

 

 

 

Les prix spéciaux régionaux

La commune de Lagdo a bénéficié du prix spécial du Nord grâce à son projet de restauration de la fertilité des terres et forêts agricoles dégradées en vue de l’amélioration des revenus familiaux et de la mitigation des mouvements migratoires des populations à la recherche de nouvelles terres cultivables : cas de la localité de Mayo-Ladde-Bame.

Le prix spécial de la région du Nord-Ouest est revenu à la municipalité de Kumbo avec l’initiative Mayor’s Day Program.

En plus de son 3e prix national, la commune de Ngoulemakong a également été sacrée prix de la région du Sud pour la même initiative.

Enfin, la collectivité territoriale de Kumba II se place au podium régional du Sud-Ouest avec l’initiative Creation of a development zone as a framework of civic participation in Council management.

 


Des allocutions fortes


Pendant son discours de circonstance, le Ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, René Emmanuel SADI, a indiqué que le prix national FEICOM s’affirme comme un événement de portée nationale, voire internationale. « Nous avons institué ce prix national pour encourager nos communes à être innovantes dans leur gestion, en inventant des procédés et des formules qui permettent de répondre du mieux possible, de façon efficace et efficiente, aux attentes de leurs populations. Cela signifie que les municipalités sont invitées à faire preuve d’imagination créatrice, et essayer de concevoir au niveau de la gouvernance locale, les meilleures méthodes pour répondre aux problèmes de gestion de leurs communes», a-t-il expliqué. Pour lui, la gouvernance locale constitue l’un des enjeux de la décentralisation, du développement local et du projet de société du Président de la République Paul BIYA. Il a salué la contribution déterminante du FEICOM à la mise en œuvre de la décentralisation, à la promotion du développement local ainsi qu’au rayonnement de la commune camerounaise tant sur la scène nationale qu’internationale.

 


Le partenariat FEICOM-ONU-HABITAT salué


Le Directeur Général du FEICOM pour sa part, a salué la bonne collaboration entre l’organisme dont il a la charge et ONU-HABITAT, partenaire technique du Prix National FEICOM depuis sa première édition. Il a déclaré que ce concours a été lancé il y a 5 ans, en 2011, au moment où l’organisme s’est engagé à intensifier ses interventions visant à promouvoir la gouvernance locale. Ce prix est ainsi le fruit de la coopération entre ONU-HABITAT et le FEICOM qui ont signé une convention de partenariat en 2008 et révisée en 2015 à Nairobi au Kenya par le Directeur Exécutif de cette institution onusienne, le Dr Juan CLOS, et le Directeur Général du FEICOM, en présence du Ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, Jean Claude MWBENTCHOU. Il a qualifié cette collaboration de précieuse dans la mesure où, elle a été marquée par la visite du Dr Juan CLOS du 15 au 17 février 2016 au Cameroun, sur invitation du Président de la République, Paul BIYA. Il a ajouté que l’organisme a pris part du 17 au 20 octobre 2016 à Quito en Equateur, à la 3e conférence des Nations Unies pour le logement et le développement urbain durable HABITAT III, comme membre de la délégation camerounaise que conduisait le MINHDU. Cette rencontre a vu l’adoption du nouveau programme pour les villes 2016-2036, dans lequel, les collectivités locales et les institutions de financement de ces collectivités à l’exemple du FEICOM, tiennent une place particulière.

La 2e édition du prix national FEICOM a véritablement montré que l’organisme est dans une phase de consolidation et d’amélioration dans la mesure où le FEICOM doit se réjouir de la notoriété qu’il a et de tout l’honneur qui lui est fait également. Philippe Camille AKOA a ajouté que le travail fait par les membres du jury et les équipes sur le terrain est à féliciter. « L’initiative présentée par le SYCOMI avait déjà été appréciée lors du secrétariat technique du comité de pilotage et du jury. L’aspect intercommunal a été mis en valeur alors que les gens aiment travailler généralement de façon individuelle en Afrique » a-t-il poursuivi.


La soirée de gala a également été relevée par des présences remarquables, notamment celles de membres du Gouvernement, du corps diplomatique, des partenaires au développement, du parlement camerounais et, naturellement, des magistrats municipaux. Ceux-ci ont joint l’utile à l’agréable grâce aux intermèdes culturels meublés par des artistes de talent, à l’instar du Kéguégué international. 

Vivez la soirée de Gala en images

Muriel Capitoline ELOMO